Vidéo Variante du Covid-19 : Martin Hirsch juge "improbable" qu'il n'y ait pas de cas en Île-de-France

Publié
Article rédigé par
Radio France

"Quand on voit la fréquence de ce virus au Royaume-Uni, je pense qu'il existe dans d'autres points du territoire que le seul qu'on a détecté pour l'instant à Tours", a estimé sur franceinfo le directeur général de de l'AP-HP.

Martin Hirsch, le directeur général de de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), a estimé lundi 28 décembre sur franceinfo qu'il était "improbable" qu'il n'y ait pas "quelques" cas du nouveau variant du coronavirus en Île-de-France. "Je pense qu'on les détectera dans les jours qui viennent", a-t-il souligné.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct.

La variante du Covid-19 découverte en Angleterre a traversé la Manche. Un premier patient positif a été détecté à Tours (Indre-et-Loire). Pour l'instant pas de cas officiel en Île-de-France, selon Martin Hirsch : "Je n'en ai pas connaissance dans nos laboratoires où on séquence maintenant tous les virus. Ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas en Île-de-France. À mon avis, il me paraît improbable qu'il n'en y ait pas quelques-uns et je pense qu'on les détectera dans les jours qui viennent", a-t-il déclaré.

"Il y a eu de la circulation entre l'Angleterre et la France, les différents pays européens. Quand on voit la fréquence de ce virus au Royaume-Uni, je pense qu'il existe dans d'autres points du territoire que le seul qu'on a détecté pour l'instant à Tours", a-t-il ajouté.

Martin Hirsch a expliqué que cette mutation n'est pas une surprise : "Plus le virus est important dans la population, plus la probabilité qu'il mute et que cette mutation se diffuse est forte. C'est mathématique. Plus rapidement, on empêche le virus de circuler et de susciter des formes graves, moins on est vulnérable aux mutations du virus qui interviendront forcément au fur et à mesure, comme on l'a vu en Angleterre", a-t-il expliqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.