Vidéo Vaccins contre le Covid-19 : "Peut-être des recommandations particulières chez les gens qui souffrent d'allergie sévère", selon Olivier Véran

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Olivier Véran revient sur les "effets indésirables graves" des vaccins
Article rédigé par
France Télévisions

Le ministre de la Santé s'est exprimé, jeudi, lors de la conférence de presse du gouvernement. Le Royaume-Uni, qui a débuté la vaccination de ses habitants, déconseille le vaccin de Pfizer et BioNTech en cas d'importantes allergies.

Les vaccins contre le Covid-19 sont-ils sûrs ? Alors que les campagnes de vaccination ont déjà commencé dans certains pays, le ministre de la Santé est revenu sur l'état des connaissances, jeudi 10 décembre, lors d'une conférence de presse du gouvernement.

>> Couvre-feu, vaccins : retrouvez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Olivier Véran a rapporté qu'une étude publiée dans la revue New England Journal of Medecine était "extrêmement favorable" au vaccin développé par Pfizer et BioNTech, "tant en termes d'efficacité que de sûreté". "Ce que je retiens de cette publication indépendante, c'est que sur les près de 40 000 personnes qui ont été testées dans le cadre de la campagne de vaccination, dans l'essai de phase 3, il y a eu des effets indésirables bénins tels qu'une rougeur au point d'injection ou de la fatigue, ce que l'on voit d'ailleurs dans toutes les injections de médicaments, que cela soit des vaccins ou non", a-t-il déclaré.

"Il n'y a eu aucun effet indésirable grave", a-t-il souligné. "Ça, c'est une donnée qui est importante, que je n'avais pas encore quand on avait présenté la vaccination, la semaine dernière", a-t-il poursuivi.

Des "effets indésirables graves" chez deux patients outre-Manche

"En Angleterre, il y a eu deux effets indésirables graves qui sont apparus chez des patients qui ont été vaccinés, ce sont deux patients qui souffrent d'une allergie extrêmement intense, tellement intense qu'ils ne peuvent pas circuler sans avoir en permanence sur eux de l'adrénaline au cas où ils feraient un choc cardiogénique lié à une allergie", a relevé le ministre de la Santé.

"Cela impliquera peut-être des recommandations particulières chez les gens qui souffrent d'allergie sévère", a-t-il indiqué. "Nous verrons, ce seront les autorités scientifiques (...) qui nous donneront la conduite à tenir en la matière", a-t-il conclu. Le Royaume-Uni déconseille le vaccin de Pfizer et BioNTech en cas d'importantes allergies.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.