Vidéo Vaccination : "Il faut concentrer nos efforts dans les départements où l'épidémie fait rage", estime le président de la Seine-Saint-Denis

Publié
Article rédigé par
Radio France

Stéphane Troussel, président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, appelle jeudi sur franceinfo à une stratégie territorialisée pour lutter contre le coronavirus Covid-19.

"Il faut concentrer nos efforts" de vaccination contre le coronavirus Covid-19 "dans les départements où l'épidémie fait rage", a demandé jeudi 1er avril sur franceinfo Stéphane Troussel, président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis. Il estime qu'il "faut avoir une stratégie territorialisée et différente en fonction de la situation dans les territoires et des situations sociales et professionnelles". "La justice et l'égalité, ça n'a jamais été de traiter tout le monde de la même manière", d'après lui.

>> DIRECT. Covid-19 : "La consommation d'alcool sur la voie publique sera interdite", annonce Jean Castex

L'élu socialiste souligne que "le taux d'incidence en Seine-Saint-Denis et dans le Val-d'Oise est aux alentours de 800. Il est de 100 pour 100 000 habitants dans la Creuse, le Finistère ou les Landes". Il considère que dans des départements comme le sien "on voit bien qu'il faut faire plus" que vacciner les personnes âgées de plus de 70 ans. Stéphane Troussel pointe le fait que "la part des personnes âgées de plus de 75 ans est plus faible en Seine-Saint-Denis que dans la Creuse" et qu'il faut prendre en compte les départements les plus jeunes.

"Dans mon département, la moyenne d'âge des hospitalisations et de réanimation s'abaisse très fortement."

Stéphane Troussel

à franceinfo

Le président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis considère que "les enseignants, les personnels de restauration et d'entretien dans les établissements scolaires, les métiers non-télétravaillables, les premiers de corvée doivent être urgemment vaccinés dans les départements où le virus circule activement". Il insiste notamment sur le cas des enseignants qui "sont très jeunes" en Seine-Saint-Denis et qui ne rentrent pas dans la catégorie des plus de 50 ans, dont la vaccination sera autorisée à partir du 15 mai. "Pourquoi ne profiter de l'interruption" des cours "pour commencer tout de suite la vaccination des enseignants", propose Stéphane Troussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.