VIDEO. Emmanuel Macron assure qu'il n'y aura pas de hausse des impôts, malgré la crise du coronavirus

Dans son allocution solennelle, dimanche, le chef de l'Etat est revenu sur la manière dont il entendait financer le plan de relance rendu indispensable après la pandémie. 

Pas de hausse d'impôts au programme. Emmanuel Macron a exclu d'augmenter la fiscalité pour financer les dépenses liées à l'épidémie de Covid-19 et au confinement, lors d'une allocution, dimanche 14 juin. Dans son discours, le chef de l'Etat a rappelé que "500 milliards d'euros" ont été dépensés pour faire face aux conséquences de la pandémie. 

>> REPLAY. Revivez la prise de parole d'Emmanuel Macron

"Ces dépenses se justifient en raison des circonstances exceptionnelles que nous venons de vivre, mais elles viennent s'ajouter à notre dette déjà existante", a-t-il précisé. Mais "nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant les impôts, a assuré Emmanuel Macron, soulignant que la France connaissait déjà "la fiscalité la plus lourde", et que "depuis trois ans nous avons commencé à la baisser".

"Un vrai pacte productif"

Alors comment affronter la crise économique et sociale qui s'annonce ? Le président de la République a donné les grandes lignes de ce qu'il souhaite mettre en œuvre : "un modèle économique durable et fort". Et pour y parvenir, il a indiqué quelques pistes : "Eviter au maximum les licenciements", "créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole", miser sur "la reconstruction écologique", travailler à "la consolidation d'une Europe indépendante"... 

Autant de promesses qui donneront lieu à des rencontres avec les syndicats et le patronat pour déterminer un "vrai pacte productif", mais aussi avec les partenaires européens de la France, "dès le Conseil européen de juillet et dans les deux années à venir"

Emmanuel Macron a prononcé un discours depuis l\'Elysée, dimanche 14 juin. 
Emmanuel Macron a prononcé un discours depuis l'Elysée, dimanche 14 juin.  (ANTOINE WDO / HANS LUCAS / AFP)