Vidéo Covid-19 : "Des nouveaux gourous se servent de la pandémie pour prêcher des mesures soi-disant de bien-être", dénonce Marlène Schiappa

Publié
Article rédigé par
Radio France

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté annonce sur franceinfo qu'elle "multiplie par dix" les moyens de la Miviludes.

"Vous avez de nouveaux gourous qui se servent de la pandémie pour prêcher des mesures soi-disant de bien-être, mais qui sont des mesures de sujétion psychologique, voire de captation d'argent ou de biens", a dénoncé Marlène Schiappa, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, mardi 6 avril sur franceinfo.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la pandémie de Covid-19

Pour faire face aux "plus de 500 nouveaux petits groupes sectaires qui ont proliféré à la faveur du confinement", Marlène Schiappa annonce qu'elle renforce les moyens de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. "Je multiplie par dix les moyens de la Miviludes, ils sont maintenant d'un montant de 1 million d'euros pour accompagner notamment les associations. Il ne suffit pas de sortir de l'emprise de la dérive sectaire ou de la secte. Quand on en sort souvent, on n'a plus d'argent, on n'a plus d'amis et on est souvent dans un état de santé, dans un état psychologique déplorable. Et donc, il y a aussi un accompagnement pour la réinsertion", insiste-t-elle.

Marlène Schiappa renforce par ailleurs "les liens" de la Miviludes "avec deux ministères fondamentaux, le ministère des Finances et la Justice. C'est pour ça que je nomme une magistrate à la tête de la Miviludes". Hanène Romdhane prend en effet ses fonctions cette semaine, aux côtés d'experts comme Georges Fenech qui est "précurseur et engagé sur ce sujet". La ministre veut "que systématiquement désormais on puisse faire des signalements pour que la justice ouvre des enquêtes sur la question des dérives sectaires". Les liens avec Bercy doivent permettre de mieux identifier les flux d'argent, car "qui dit dérives sectaires dit captation d'argent."

Interrogé sur l'exemple de Thierry Casasnovas, un naturopathe qui a une forte audience sur Youtube et qui a notamment sous-entendu qu'on pouvait régler le Covid-19 avec des bains froids et du jus de carotte, la ministre répond : "ne faites pas ça chez vous". D'après elle, "Thierry Casasnovas n'est pas quelqu'un qui est généreux et qui veut absolument soutenir les personnes qui sont malades."

"C'est quelqu'un qui en veut à votre argent et je le dis aux personnes qui sont en train de le suivre : il vous fait manger des crudités et boire de l'eau fraîche exclusivement pour vous mettre dans un état de sujétion psychologique."

Marlène Schiappa

à franceinfo

Marlène Schiappa alerte sur le fait que les "nouveaux gourous s'adressent beaucoup aux malades du cancer et aux femmes enceintes. Il y a eu une surexposition des femmes aux dérives sectaires parce qu'il y a de la prédation sexuelle aussi, parce qu'elles sont surreprésentées dans les personnes en situation de précarité". Elle estime qu'il est "gravissime de dire à des gens qui sont malades du cancer 'Arrêtez vos traitements et tournez-vous vers moi'. Ça doit nous interroger sur l'accompagnement global et psychologique des personnes qui ont des graves maladies", poursuit Marlène Schiappa qui affirme agir "très fermement". Elle a notamment "adressé une circulaire aux préfets pour qu'il y ait une vigilance dans tous les territoires au niveau local des sectes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.