Vidéo Covid-19 : comment quatre pays se préparent à célébrer Noël en pleine pandémie

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Xavier Meunier, Jean-Marc Four, Laura Kalmus, Bruce de Galzain, Nathalie Versieux - franceinfo
Radio France

Chaque semaine dans "le monde en face", une même actualité vue par quatre correspondants de franceinfo. Aujourd'hui, direction la Grande-Bretagne, l'Italie, les Etats-Unis et l'Allemagne pour parler de Noël qui approche. 

Le sapin, les fêtes, les courses... Que va-t-il rester cette année de l'esprit de Noël ?Peut-être pas grand chose. Entre le confinement et la crise du Covid-19, beaucoup de questions se posent. Pourra-t-on retrouver sa famille ? Préparer les courses pour les fêtes ? Acheter les décorations ? Toutes ces petites choses qui font ce fameux esprit de Noël. Direction le Royaume-Uni, les États-Unis, le Vatican et l'Allemagne pour voir comment ces pays se préparent aux fêtes de fin d'année. 

A Londres, les illuminations sur Oxford Street, temple du commerce dans la capitale anglaise, donnent le coup d'envoi des courses de Noël. Cette année, ces illuminations auront un message d'unité et d'espoir. Chaque semaine, elles afficheront le nom d'un héros, une personne qui est venue en aide aux autres durant la pandémie. C'est une façon d'essayer de retrouver l'esprit de Noël en ces temps difficiles même si tout semble un peu différent. D'habitude, des milliers de Londoniens et de touristes viennent découvrir les nouvelles lumières tout en dépensant des centaines de livres dans les magasins. Mais depuis jeudi, tous les commerces non essentiels ont baissé le rideau. Une fermeture en plein mois de novembre, c'est un désastre pour l'économie alors que les courses de Noël répresentent un tiers du chiffre d'affaires annuel pour ces boutiques. 

Au Vatican, qui dit Noël, dit messe de Noël. Le pape François la célébrera à huis clos tout en étant filmé. Ce sera diffusé en direct, mais il n'y aura pas de célébration avec des fidèles sur la place Saint-Pierre de Rome, mais à la place des santons. Pour ce Noël particulier, le Vatican a vu grand. La crèche sera installée juste devant l'obélisque. Ces personnages seront en céramique, fragiles et plus grands que nature. Cinquante-quatre pièces seront exposées pour la première fois au Vatican. Le sapin de Noël aussi sera immense : un majestueux épicéa des forêts slovènes qui mesure 28 mètres, soit exactement la hauteur des huit colonnes corinthiennes de la façade de Saint-Pierre. 

Aux États-Unis, les pères Noël s'inquiètent. Non pas pour l'issue de la présidentielle américaine, mais parce qu'ils risquent de se retrouver au chômage. Nous parlons de ces personnes qui pendant les fêtes endossent une fausse barbe et des habits rouges pour amuser les enfants devant les magasins. Plusieurs grandes entreprises, notamment les célèbres chaînes de supermarchés Macy's à New York, ont annoncé leur intention de ne pas recourir cette année à ces comédiens en raison de l'épidémie de Covid-19. 

A Berlin en Allemagne, les jours les plus importants, ce sont ceux qui précèdent Noël. C'est durant cette période de l'avent que l'on retrouve ses amis et sa famille. On se fait des petits cadeaux, on mange des bons gâteaux et surtout on boit quelques verres de vin chaud. Sauf que cette année, le marché de Noël du domaine Dahlem, le plus pittoresque de la ville, n'aura pas lieu à cause de la crise sanitaire. D'autres marchés sont annulés aussi dans le reste du pays. Les Allemands devront donc boire le vin chaud chez eux et en petit comité. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.