Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Confinement : "Pour nous c'est un peu la colonie de vacances", témoignent de jeunes Français expatriés à Londres

"Là ça va, ça fait un mois mais le mois prochain, il va falloir payer le loyer sans salaire qui tombe", raconte Sophie, qui profite pour le moment de l'ambiance détendue de sa maison londonienne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Les quatre jeunes expatriés français devant leur logement dans le nord de Londres, le 11 avril 2020 (JEAN-ANDRE GIANNECCHINI / RADIO FRANCE)

Le Royaume-Uni est le troisième pays préféré des expatriés français avec 350 000 résidents. La proximité géographique et les opportunités professionnelles séduisent en particulier les jeunes. Installés pour la plupart à Londres, ils sont nombreux à faire en ce moment l'expérience de la collocation sous confinement

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à l'épidémie

Ils sont quatre, tous originaires d'Alsace, installés dans une jolie maison d'un quartier qui porte un nom bien français, "De Beauvoir". "Il faut juste enlever les chaussures dans l'entrée", précise Adrien, 26 ans, arrivé il y a un an. Gérant d'un café, il se retrouve aujourd'hui sans emploi mais continue de percevoir 80% de son salaire de 1 500 livres (1 700 euros) : "J'en fais plutôt des économies", explique-t-il.

Son colocataire, Romain, est commercial chez Twitter, une entreprise qui fait partie des réseaux sociaux les plus utilisés au monde et qui lui verse l'intégralité de son salaire. "C'est vrai que c'était beaucoup plus facile pour mon entreprise de s'adapter au confinement et au travail à la maison. Je m'estime assez chanceux dans cette situation, dans le sens où mes journées sont assez remplies. C'est un peu plus facile de rester dans une routine, étant donné que je travaille de 9h à 18h".

J'en profite pour faire un peu de sport le soir et pour faire à manger. Mes journées passent assez vite, c'est globalement facile.

Romain, commercial expatrié à Londres

La situation de Sophie est plus compliquée. Mannequin freelance, ses séances de shooting ont été annulées depuis le début du confinement le 23 mars : "J'ai la chance d'avoir un compte épargne, ça me permet de vivre de mes économies. Je connais beaucoup de gens qui sont dans une situation où il n'y a plus de revenu. Là ça va, ça fait un mois mais le mois prochain, il va falloir payer le loyer sans salaire qui tombe. Il va falloir demander aux proches d'aider, aux banques d'aider."

Une lettre de Boris Johnson

Tout recemment une lettre est arrivée dans leur boîte : "C'est une lettre du Premier ministre et c'est marrant, elle est arrivée il y a seulement quelques jours quand il (Boris Johnson) a été admis à l'hôpital donc en fait c'est une lettre de Downing Street (services du Premier ministre britannique) et ils nous demandent juste de rester à la maison", raconte Adrien. Ces jeunes expatriés français vivent leur confinement sans aucun stress. "Pour nous c'est un peu la colonie de vacances", confient-ils.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.