Covid-19 : "On est dans le flou", dénonce une Française bloquée en Afrique du Sud par le variant Omicron

Constance était partie en Afrique du Sud pour faire du volontariat dans une école. Depuis la suspension des liaisons aériennes vendredi 26 novembre à cause de la découverte du variant Omicron du Covid-19, elle n'a plus aucun moyen de rentrer en France.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des voyageurs arrivent à l'aéroport de Newark Liberty aux États-Unis le 30 novembre 2021. Le pays a réduit ses vols vers l'Afrique Australe depuis le découverte du variant Omicron du Covid-19 (SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

De nombreux pays, dont la France, ont suspendu leurs liaisons aériennes vers les pays d'Afrique australe, dans la foulée de l'annonce de la découverte d'un nouveau variant du Covid-19, le variant Omicron.

"Le plus gros dans tout ça, pour moi, ça reste le manque de nouvelles de notre pays", s'exclame Constance, originaire de Grimaud dans le Var. Elle est bloquée en Afrique du Sud où depuis vendredi 26 novembre, comme elle, de nombreux Français ne peuvent pas rentrer chez eux. Constance est partie le 12 novembre dernier en Afrique du Sud pour y faire du volontariat dans les écoles du pays. À la fin de sa mission, elle a voulu rentrer chez elle le week-end des 27 et 28 novembre, mais c'était impossible. Les vols sont annulés. L'avion qu'elle devait prendre est reparti vers la France sans passager à bord, seul l'équipage a pu faire le voyage retour. "On pensait que c'était un vol de rapatriement où seuls les Français allaient pouvoir embarquer. Ça me paraissait logique. Or, faire partir un avion vide, ce n'est pas logique ! Plus on laisse les Français sur place, plus on a de chances d'être contaminés", s'insurge-t-elle.

"On n'existe pas et je trouve ça lamentable"

Elle et son groupe d'amis dorment donc à l'hôtel depuis quatre jours, à leurs frais. Ils se disent sans nouvelles des autorités françaises. "On n'existe pas et je trouve ça lamentable. J'ai jamais vu ça de ma vie, c'est-à-dire qu'on voyait les actualités concernant l'Allemagne, l'Angleterre, tous les ressortissants, pouvaient rentrer dans leurs pays, sauf nous", dit Constance qui assure avoir tout essayé. "On a essayé de trouver des vols qui passaient par d'autres pays, l'Éthiopie, Dubaï... Mais c'était impossible. Et puis quelqu'un du consulat français est venu nous dire que nous ne pourrions pas rentrer chez nous, car tous les pays avaient fermé leurs portes aux voyageurs en provenance d'Afrique du Sud." Les Français finissent par pouvoir réserver un vol lundi dernier pour le mercredi 1er décembre, mais ce vol est annulé dans les heures qui suivent. 

"Ils ne savaient pas quand ils allaient remettre les vols en place, ils ne pouvaient rien nous dire."

Constance, Française bloquée en Afrique du Sud

à franceinfo

Face aux interrogations du groupe d'amis, le consulat de France en Afrique du Sud leur a envoyé un mail pour leur indiquer que "des vols de rapatriement vers la France étaient prématurés". "On attend. On est dans le flou depuis vendredi 26 novembre 11 heures. Ça me sidère. Notre compte en banque n'est pas illimité. On est des jeunes Français entre 22 et 28 ans. On n'a pas du tout l'argent pour payer les frais d'hôtel, de nourriture, de déplacement dans la ville. C'est complètement galère", déplore-t-elle.

Sollicité par franceinfo, le ministère des Affaires étrangères n'a pas donné de réponses concernant la mise en place ou non de vols spéciaux pour rapatrier ces Français. "On a tous des obligations chez nous et puis nos parents commencent à s'inquiéter", conclut-elle, dépitée et en colère.

La France a prolongé mercredi 1er décembre la suspension des vols depuis sept pays de l'Afrique australe jusqu'à samedi 4 décembre.

Constance, une Française bloquée en Afrique du Sud a cause du variant Omicron
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Variant Omicron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.