Variant Delta dans les Landes : "Les jeunes de moins de 15 ans sont très touchés" mais "souvent asymptomatiques", explique l'ARS Nouvelle-Aquitaine

"On va dépister dans les écoles, dans les entreprises, dans les laboratoires, toutes les personnes qui vont se présenter spontanément", pour rapidement tracer le virus, explique une responsable de l'ARS Aquitaine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un dépistage du Covid organisé à Bayonne (illustration). (BIXENTE VRIGNON / RADIO FRANCE)

Interrogée par franceinfo, Sylvie Quelet, responsable au sein de l'Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine, indique jeudi 24 juin que "les dépistages montrent que les jeunes de moins de 15 ans sont très touchés" par le variant Delta qui prolifère actuellement dans les Landes. Ceux-ci développent majoritairement "des formes asymptomatiques" mais "ont souvent beaucoup de contacts, donc ça diffuse tout doucement dans la population", met-elle en garde.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations dans notre direct

franceinfo : On a une idée de la façon dont ce variant a fait son chemin dans les Landes ?

Sylvie Quelet : Ce variant est plus contagieux que le premier variant. Il se diffuse à bas bruit : les dépistages montrent que les jeunes de moins de 15 ans sont très touchés. Ces jeunes ont souvent des formes asymptomatiques, ils ont souvent beaucoup de contacts, donc ça diffuse tout doucement dans la population.

Le gouvernement a mis en place la vaccination massive, mais il faut au moins 15 jours pour que cela fasse effet, donc on imagine que ce ne sera pas la réponse immédiate ?

Bien sûr, la vaccination ne sera pas la réponse immédiate, mais on a déjà un taux de vaccination très élevé. Et puis, cette mesure s’accompagne de dépistage massif, le Premier ministre l’a dit, on va dépister dans les écoles, dans les entreprises, dans les laboratoires, toutes les personnes qui vont se présenter spontanément. Et puis, ce dépistage va permettre d’identifier très rapidement les personnes positives et de les isoler. Ce qui est important, c’est de pouvoir traquer les personnes porteuses et de les isoler.

Un foyer a été détecté dans un Ehpad des Landes, on imagine pourtant que dans un Ephad, la majorité des personnes ont été vaccinées ?

Malheureusement, le taux de vaccination des personnels dans cet Ehpad n’est que de 50 %. Même dans une communauté où le taux de vaccination est très important, on va trouver des cas chez les personnes vaccinées. Le vaccin n’est pas efficace à 100 % et on est dans une population de personnes âgées, qui ont probablement développé moins d’anticorps que les autres. Ce qu'il faut dire, et je pense que c'est important, c'est que ces personnes ont été dépistées dans le cadre d’un dépistage collectif, mais pas parce qu’elles avaient des symptômes.

"On a très peu de personnes symptomatiques."

Sylvie Quelet, responsable au sein de l'ARS Nouvelle-Aquitaine

à franceinfo

Il y a une question psychologique aussi, de nombreuses personnes sont passées à autre chose...

Il me semble que l’enjeu de la communication est essentiel, c’est pour cela qu’en Nouvelle-Aquitaine, on a bâti tout un plan de communication, et en particulier pour les jeunes, puisque ce sont eux qui sont les moins vaccinés. On est vraiment sur cet enjeu très fort d’inciter les gens à se faire vacciner et de ne pas relâcher les gestes barrières.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.