Vrai ou Fake : des influenceurs démarchés pour dénigrer le vaccin Pfizer

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vrai ou Fake : des influenceurs démarchés pour dénigrer le vaccin Pfizer
FRANCEINFO
Article rédigé par
L.Vogel - franceinfo
France Télévisions

Des influenceurs ont reçu une proposition de partenariat visant à dénigrer le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer.

Une proposition de partenariat, intitulée "Une campagne informationnelle", a été reçue par plusieurs influenceurs en France et en Allemagne. Elle demandait notamment d'affirmer que "le taux de mortalité du vaccin Pfizer est trois fois plus grand par rapport à AstraZeneca selon les informations officielles". Parmi les destinataires, figure Léo Grasset, qui compte plus d'un million d'abonnés sur YouTube. "C'est une agence londonienne qui m'a proposé de faire une 'campagne informationnelle' comme ils disaient, c'est-à-dire qu'il fallait transmettre une information en échange d'argent, et cette information s'est révélée être une fake news, et en plus, ils ne voulaient pas donner le nom du client. Et ils ne voulaient même pas que je dise que c'est une campagne payée, ce qui est illégal", affirme l'influenceur et vulgarisateur scientifique.

La désinformation autour des vaccins s'est amplifiée

Fazze, une agence de communication officiellement basée à Londres (Royaume-Uni) est à l'origine de cette demande. Franceinfo a cherché à la joindre, mais surprise : l'adresse indiquée sur Internet est en fait celle d'un centre esthétique. Il s'agit donc d'une coquille vide à Londres, mais à y regarder de plus près, certains employés ont déjà travaillé en Russie. De plus, une offre d'emploi russe présente Fazze comme la filiale d'une autre entreprise, Adnow. Là encore, le fondateur et la plupart des employés sont russes, comme l'indiquent des profils repérés sur LinkedIn. 

Autre indice menant à la Russie : un mail envoyé en avril à l'influenceur Léo Grasset. Le téléphone de l'expéditeur commence par +7, l'indicatif russe. Peter Stano, porte-parole de la Commission européenne, a indiqué suivre cette affaire de très près. Selon lui, la désinformation autour des vaccins s'est amplifiée depuis le début de l'épidémie de Covid-19. Au cours de notre enquête, Fazze a gommé ses traces : son site web est désormais fermé, et des profils LinkedIn ont été bloqués ou supprimés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.