Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Le vaccin Moderna, "une technologie basée sur l'ARN messager"

Dans la course mondiale au vaccin contre le Covid-19, le laboratoire Pfizer était jusque-là en tête, avec une efficacité annoncée de 90% pour son candidat-vaccin. Ce lundi 16 novembre, c'est au tour de la société Moderna de revendiquer pour le sien une efficacité de 94,5%. En avril, "Complément d'enquête " s'était intéressé à la technologie, récente, utilisée par Moderna.

Ce lundi 16 novembre, la société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé que son candidat vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie. Un résultat comparable à l'efficacité de 90% annoncée la semaine dernière par l'alliance Pfizer-BioNTech.

La technologie choisie par Moderna Therapeutics pour son candidat-vaccin est basée sur l'ARN messager. Il s'agit de la molécule intermédiaire entre l'ADN et les protéines présentes dans les cellules du corps humain, explique Stéphane Bancel, le patron (français) de Moderna. 

Un message envoyé à l'organisme sous la forme d'un morceau d'ADN

Alors que la technique traditionnelle des vaccins consiste à injecter un virus inactivé pour que le corps apprenne à s'en défendre, la technique de l'ARN messager, elle, envoie un message à l'organisme sous la forme d'un morceau d'ADN. Son but est d'inciter l'organisme à fabriquer lui-même une fraction inactive du virus, puis les anticorps pour lutter contre ce virus.

Le prototype de vaccin de Moderna a été le tout premier à avoir été testé sur des cobayes humains – sans passer par la phase de test sur des animaux.

Extrait de "La course aux traitements", un reportage diffusé dans la "Soirée 2 l'info : Coronavirus : l'état d'urgence" proposée par "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" le 2 avril 2020.