Vidéo "Dans les prochains mois, on aura un vaccin français, on en est aux essais cliniques", assure le PDG de l'Inserm

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Ce vaccin interviendra "en deuxième ligne derrière les premiers vaccins qui ont été mis sur le marché", a indiqué Gilles Bloch, le président-directeur général de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

"Dans les prochains mois, on aura un vaccin français contre le coronavirus Covid-19", assure sur franceinfo mercredi 10 mars Gilles Bloch, le PDG de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). "On en est aux essais cliniques" pour ce vaccin qui sera "utile", même s'il interviendra "en deuxième ligne derrière les premiers vaccins qui ont été mis sur le marché".

>> DIRECT. Vaccins anti-Covid-19 : inquiétudes face aux premières pénuries d'ingrédients

L'Inserm continue par ailleurs à travailler sur des traitements contre le Covid-19, car "on a encore de longs mois, voire quelques petites années, où il y aura encore des cas de Covid".

On a un pipeline avec plusieurs dizaines de vaccins en France, il y en a une douzaine qui sont dans les laboratoires de l'Inserm. Et sur les prochains mois on aura un vaccin français qui va sortir, qui sera utile, en deuxième ligne, derrière les premiers vaccins qui ont été mis sur le marché.

Gilles Bloch

à franceinfo

Gilles Bloch qui ne se prononce pas sur la date exacte de la sortie de ce vaccin : "On en est aux essais cliniques de phase 3 qui démarre, on a vu que ça pouvait aller très vite avec la mobilisation qui a été absolument exceptionnelle." Il estime que ce vaccin sera utile "face à un virus qui s'installe, qui s'adapte, une épidémie qui va probablement connaître plusieurs vagues".

Dans le processus, l'Inserm "contribue en ayant mis en place un réseau de recrutement de volontaires sains pour pouvoir accompagner les industriels dans le développement de ces vaccins. Donc, je suis assez confiant qu'on va être dans le peloton" pour les vaccins. Gilles Bloch concède qu'on "n'a pas été dans les tous premiers", mais d'après lui "on n'a pas été nuls". "Dès le départ, on avait des candidats vaccins, des industriels qui étaient dans la construction de vaccins dès le premier trimestre de l'année. Je crois qu'il y a eu des événements un peu aléatoires qui ont fait qu'on n'a pas fait les bons choix tout de suite", développe-t-il.

Concernant les traitements contre le Covid-19, l'Inserm s'apprête à lancer un nouvel essai sur une combinaison d'anticorps monoclonaux. Il s'agir de "la suite de l'essai Discovery", explique le PDG de l'institut.

Les contrats sont quasiment signés avec le partenaire industriel pour tester un coté de l'anticorps. C'est une piste qui est suivie sur plusieurs pays simultanément donc il faut que la France soit aussi dans la course.

Gilles Bloch

à franceinfo

Est-il vraiment utile d'investir dans les traitements alors que des vaccins sont opérationnels ? Il s'agit de "deux choses différentes", répond Gilles Bloch. "Le vaccin sera, on l'espère, le plus général possible dans la population, mais on peut se dire qu'on a encore de longs mois, voire quelques petites années, où toute la population ne sera pas protégée et où il y aura encore des cas de Covid. Donc, il faut qu'on ait des réponses thérapeutiques pour les cas de Covid et parmi eux les cas les plus graves".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.