Vaccin contre le Covid-19 : le laboratoire français Valneva livrera d'abord le Royaume-Uni

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Vaccin contre le Covid-19 : le laboratoire français Valneva livrera d'abord le Royaume-Uni
Article rédigé par
A. Jolly, L. Gublin, S. Thiebaut, L. Marques, Complément d'enquête, V. Castel - France 2
France Télévisions

Aucun des vaccins contre le Covid-19 d'ores et déjà autorisés n'est français. Après l'échec de l'Institut Pasteur et les retards chez Sanofi, le candidat vaccin du laboratoire Valneva semble également nous échapper puisque des doses seront livrées en priorité au Royaume-Uni, lieu de production du vaccin.

L'espoir d'un premier vaccin contre le Covid-19 tricolore réside dans le laboratoire français Valneva. Mais en quelques jours, la belle histoire s'est transformée en polémique. Dans un laboratoire de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), des chercheurs travaillent sur un vaccin basé sur une technique classique, comme pour le vaccin contre la grippe : le virus inactivé. L'entreprise Valneva n'en est qu'au début des essais cliniques, mais si le plan se déroule sans accroc, les premières doses pourraient être livrées à l'automne.

Un manque d'investissement dans les petites structures

Toutefois, ces doses ne seront pas livrées en premier à la France, mais au Royaume-Uni. "C'est plutôt le Royaume-Uni qui nous a approchés pour dire : vous avez une usine en Écosse, votre vaccin inactivé nous intéresse", explique Franck Grimaud, directeur général de Valneva. Le marché a été conclu dès juillet. Au moins 100 millions de doses seront livrées à partir de l'automne prochain au Royaume-Uni. Les Britanniques auront la primeur car ils ont financé tous les essais cliniques et l'extension d'une usine du groupe en Écosse. La France, via l'Union européenne, ne sera servie qu'en janvier 2022. Une entreprise française qui se tourne d'abord vers l'étranger est la conséquence d'un manque d'investissement dans ces petites structures, comme l'affirme Nathalie Coutinet, économise de la santé. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.