Effigie d'un pompier pendu à Nancy : les soldats du feu portent plainte, le procureur de la République ouvre une procédure pour "outrage"

Un mannequin à l'effigie d'un pompier à été représenté pendu, à côté d'une pancarte "Le Sdis m'a tué", lors d'un rassemblement anti-vaccin à Nancy, samedi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un sapeur-pompier du SDIS 54, le 2 novembre 2017, à Nancy.  (MAXPPP)

Ils n'ont pas du tout apprécié la mise en scène. Le service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de Meurthe-et-Moselle a annoncé, lundi 5 juillet, avoir déposé plainte après la pendaison symbolique d'un mannequin à l'effigie d'un pompier lors d'un rassemblement d'opposition à la vaccination contre le Covid-19 à Nancy samedi. Dans la foulée, le procureur de la République de Nancy, François Pérain, a ouvert "une procédure pour outrage à personne chargée d'une mission de service public", car "le fait d'exhiber un mannequin figurant un pompier pendu accompagné d'une pancarte 'Le Sdis m'a tué' constitue un geste susceptible d'être qualifié d'outrage", a-t-il indiqué à France Bleu Sud Lorraine

"Le Sdis 54 condamne la pendaison symbolique d'un sapeur-pompier lors du rassemblement ce samedi place Maginot, a annoncé le service sur son compte Twitter. Une plainte a été déposée." 

Samedi, un rassemblement réunissant environ 200 personnes, selon L'Est républicain, s'était tenu dans le centre-ville de Nancy, à l'initiative de plusieurs organisations, dont "Réinfo Covid", qui promeut un "éclairage différent" sur la crise sanitaire. A cette occasion, un mannequin à l'effigie d'un pompier à été représenté pendu, à côté d'une pancarte "Le Sdis m'a tué".

La députée Martine Wonner, ex-LREM, qui relaie régulièrement de fausses allégations autour du Covid-19 et fait l'objet d'une plainte devant l'Ordre des médecins, a participé au rassemblement, de même que le professeur Christian Perronne, ancien chef de service à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP), démis de ses fonctions en décembre après divers propos sur la pandémie.

Le maire de Nancy porte également plainte

Le maire de Nancy, le socialiste Mathieu Klein, a dénoncé lundi dans un communiqué une "mise en scène macabre, psychologiquement violente et calomnieuse envers les sapeurs-pompiers". Il a annoncé le dépôt d'un signalement auprès du procureur de la République.

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a apporté son "soutien" au maire de Nancy "dans son action en justice face à cette mise en scène morbide". "Nos sapeurs pompiers sont sur tous les fronts pour protéger nos concitoyens : Covid, feux de forêt, accidents de la vie quotidienne..." a-t-il également souligné.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.