Pass vaccinal : "Je reste debout, ça ne me fait pas bouger d'un iota", réagit le député LREM Pascal Bois après l'incendie de son garage

Ces dégradations sont le fait "d'irréductibles antivax" selon le député, à quelques jours du début de l'examen du nouveau projet de loi sanitaire à l'assemblée nationale. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pascal Bois, député LREM de la 3e circonscription de l’Oise, sur un marché à Méru.  (SARAH TUCHSCHERER / FRANCE-INFO)

"Il y a un moment de sidération mais je reste debout, ça ne me fait pas bouger d'un iota", a déclaré à France Inter le député LREM de l'Oise Pascal Bois, après l'incendie de son garage, dans la nuit de mardi 28 décembre à mercredi 29 décembre. Des inscriptions hostiles au pass vaccinal ont également été retrouvées sur un mur de son domicile.

"Je veux bien être dans l'échange, dans la contradiction, mais il y a des moyens pour ça", explique-t-il. "Il existe une permanence de député, si on n'est pas d'accord, on peut aller voir son député." Selon lui, ces dégradations sont le fait "d'irréductibles antivax, qui anticipent ce que sera le pass vaccinal", alors que le projet de loi sera en discussion à l'Assemblée la semaine prochaine.

Le député, qui a déjà reçu des menaces de mort après le vote sur le pass sanitaire, précise que "ces actes sont contre-productifs, ils oublient que si on est là, c'est parce qu'il y a une majorité qui nous a élu pour ça."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.