Pass sanitaire : "On se demande si ce n'est pas le pass du laisser-faire", lance Éric Coquerel (LFI)

Publié
Durée de la vidéo : 8 min.
Pass sanitaire : "On se demande si ce n'est pas le pass du laisser-faire", lance Éric Coquerel
france 2
Article rédigé par
A. Bourse - France 2
France Télévisions

Éric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, jeudi 22 juillet. 

Les débats sur le projet de loi sur l'extension du pass sanitaire ont repris jeudi 22 juillet à l'Assemblée nationale. Jeudi matinÉric Coquerel, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis invité sur le plateau des "4 Vérités"a qualifié ce pass d'"autoritaire" et que des "atteintes aux libertés" étaient à déplorer. "Ce n'est pas moi qui le dis, la Défenseure des droits a expliqué que ça touchait les fondements de notre pacte social et républicain", a affirmé le député, avant de poursuivre : "On se demande si ce n'est pas le pass du laisser-faire (...). C'est l'idée que finalement, le gouvernement n'a rien anticipé de cette quatrième vague, alors que nous avons été plusieurs à, dès le mois de mai, mettre un warning.

Une privation de libertés 

"Quand vous avez un variant qui est aussi transmissible, les choses peuvent aller très vite (...). Au lieu d'avoir anticipé, organisé les choses, ils se retrouvent, comme d'habitude, à appuyer sur la touche 'privation de libertés'", a renchéri Éric Coquerel, qui a par ailleurs fermement dénoncé la décision du gouvernement de ne plus considérer les personnes doublement vaccinées comme cas contact. "En Hollande, les médecins ont tiré la sonnette d'alarme, en disant : 'Nous sommes étonnés, avec ce variant, nous avons beaucoup de personnes qui sont contaminées alors qu'elles ont été vaccinées, a-t-il souligné. Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas être vacciné (...), ça réduit la contamination. Sauf que ça ne vous assure pas de tout.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.