"Moi, je veux être vacciné pour retourner au collège" : aux États-Unis, la vaccination bientôt ouverte aux enfants de plus de 12 ans

Alors qu'une personne sur trois a déjà été complètement vaccinée aux États-Unis, l’autorité de régulation du médicament doit bientôt valider l’utilisation du vaccin Pfizer chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. À Washington, la nouvelle suscite autant d'espoirs que de circonspection.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des panneaux proposant des vaccins contre le Covid-19 à l'extérieur d'une pharmacie CVS à Washington, DC, le 7 mai 2021. (MANDEL NGAN / AFP)

Dans ce quartier de Washington (États-Unis), le dimanche après-midi, les adolescents du quartier se retrouvent souvent sur le terrain de basket. Et même s’ils sont plus préoccupés par la réussite de leurs tirs à trois points que par l’avancée de la campagne de vaccination contre le Covid-19, ils ont quand même leur avis sur la question : "Moi, je veux être vacciné, dit Nick, du haut de ses 14 ans. Parce que j’ai envie de retourner au collège : il y a beaucoup de monde là-bas et c’est mieux si on est vaccinés."

>> DIRECT. Covid-19 : la vaccination ouverte à tous les Français de 50 ans et plus

Le souhait de Nick pourrait bientôt être exaucé : alors que 115 millions de personnes aux États-Unis ont déjà été complètement vaccinées, la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité de régulation du médicament, doit bientôt valider l’utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech chez les enfants âgés de 12 à 15 ans. La décision, attendue dans les prochaines heures ou les prochains jours, pourrait en effet faciliter la réouverture des écoles dont beaucoup sont fermées depuis plus d’un an maintenant.

Dale, lui, est plus circonspect : "Je ne sais pas trop, hésite-t-il. Ma mère, quand elle a reçu sa première dose, était épuisée pendant deux jours. Je suis assez sceptique, aussi, par rapport à ce que j’entends aux nouvelles." L’objectif des autorités sanitaires américaines est pourtant de vacciner rapidement un maximum de 12-15 ans puis de baisser cet âge progressivement.

L'objectif est de vacciner tout le monde d'ici 2022

"C’est l’objectif : sur les 12-15 ans, on sait que le vaccin est sûr et efficace. Donc on voudrait descendre progressivement aux 9-12 ans, 6-9 ans, 2-6 ans, puis les bébés à partir de six mois, expliquait ainsi l’épidémiologiste Anthony Fauci, conseiller pour la santé publique du président Joe Biden, il y a quelques jours sur CNN. Et on espère que début 2022, on sera capable de vacciner les enfants de tous âges."

"Une fois que la science nous aura dit que ça ne présente pas de danger, vacciner les enfants sera sans doute le meilleur moyen de revenir à la normale, estime de son côté Marla, la mère du petit Graham, âgé de 5 ans. Alors on pourra les renvoyer à l’école, et les gens pourront retourner travailler." 

Aujourd’hui, des bébés de six mois comme des enfants plus âgés participent à des essais cliniques organisés aux États-Unis par les différents laboratoires : Caleb, 12 ans, a fait partie des 2 260 enfants réunis lors d’un premier test organisé par Pfizer au printemps et, depuis, il fait la tournée des télévisions américaines pour témoigner. "C’était une opportunité vraiment spéciale, confiait-il alors sur MSNBC. Parce qu'en ce moment, je suis juste à la maison, avec l’école à distance, et je ne peux pas faire grand-chose contre ce virus..."

"Participer à cet essai clinique, et potentiellement aider les autres enfants à se sentir en sécurité quand il arrivera, c’est quelque chose d’important à mes yeux."

Caleb, 12 ans

à MSNBC

Une première décision de la FDA est attendue en début ou en milieu de semaine. Pour l’instant le vaccin Pfizer-BioNTech est autorisé aux États-Unis pour les 16 ans et plus, mais pas dans tous les États. Le vaccin Moderna, lui, est autorisé à partir de 18 ans.

Vaccination des enfants aux Etats-Unis : reportage de Grégory Philipps
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.