Manifestations anti-pass sanitaire : des opposants aux profils variés

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Manifestations anti-pass sanitaire : des opposants aux profils variés
FRANCEINFO
Article rédigé par
D. Schlienger, H. Puffeney, D. Brignand, F. Simoes, S. Pichavent, M. Gualandi, M. Bermouin, M. Le Rue - franceinfo
France Télévisions

Plus de 200 000 personnes sont descendues dans les rues de France​, samedi 31 juillet​, pour faire savoir leur opposition à la future extension du pass sanitaire. Parmi la foule, de nombreux profils différents avec comme point commun la contestation de cette mesure envisagée par le gouvernement.

Le mouvement de contestation se poursuit dans le pays samedi 31 juillet. Pour le troisième week-end de suite, des opposants au pass sanitaire et à la vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour certaines professions ont manifesté en France. Mais les manifestants n'ont pas un profil unique. Leur point commun ? Le slogan "non", et l’opposition à l’élargissement du pass sanitaire, ainsi qu'une défiance globale envers le gouvernement. Julie Discontigny, 40 ans, est aide-soignante en réanimation et se dit prête à démissionner plutôt que de se faire vacciner.

Une défiance envers le vaccin contre le Covid-19

Le manque de confiance envers le vaccin contre le Covid-19 est un argument qui revient régulièrement. "On a un doute sur ce vaccin. Vu qu’il y a un doute, on est en droit de dire qu’on attend un peu", juge Antoine Renard, ancien gilet jaune de 41 ans, de Châlons-en-Champagne (Marne). D’aucuns craignent que leurs libertés individuelles ne soient bafouées. "On ne peut pas vivre dans une société de surveillance généralisée où la moitié des Français est un auxiliaire de police pour dénoncer l’autre", rétorque Thomas, 32 ans, qui vient de Nice (Alpes-Maritimes) où il est fonctionnaire. Tous espèrent que le texte sera censuré par le Conseil constitutionnel​, le 5 août prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.