Le premier "vaccidrive" de France doit ouvrir près de Montpellier, annonce la clinique Saint-Jean

Ce type de dispositif permet d'être vacciné tout en restant dans son véhicule.

Article rédigé par
avec France Bleu Hérault - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des "vaccidrive" sont déjà en place en Allemagne (illustration). (INA FASSBENDER / AFP)

La clinique Saint-Jean à Saint-Jean-de-Védas, près de Montpellier, annonce qu'elle va ouvrir le premier "vaccidrive" de France mardi 13 avril à Saint-Jean-de-Védas, près de Montpellier, rapporte jeudi 8 avril France Bleu Hérault. L'ARS et la préfecture de l'Hérault viennent de donner leur feu vert au projet imaginé par la clinique.

>> Les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 à suivre dans notre direct.

Ce type de dispositif qui permet d'être vacciné tout en restant dans son véhicule existe déjà aux États-Unis, en Italie ou encore en Suisse. Un projet de "vaccidrive" a également été proposé par la ville de Valenciennes dans le Nord.

Ce drive va permettre d'accélérer le rythme des vaccinations

Près de Montpellier, le groupe Cap Santé a l'intention de vacciner sur le parking des urgences de la clinique Saint-Jean, située au bord de l'autoroute A709. L'établissement est déjà un centre classique de vaccination, avec 700 injections par semaine. Ce drive va permettre de doubler ou de tripler le rythme, 200 vaccinations pourront être effectuées chaque jour.

"Il y aura, comme dans un centre classique, un médecin, une infirmière et une secrétaire. La réservation se fera toujours via la plateforme Doctolib", explique à France Bleu Lamine Gharbi, président de Cap Santé mais aussi président de la Fédération de l'hospitalisation privée. Sur place, le patient n'aura pas besoin de sortir de sa voiture pour la consultation et pour l'administration de la dose de vaccin anti-Covid. Lamine Gharbi estime que le "vaccidrive" permettra réellement de donner un grand coup d'accélérateur à la campagne vaccinale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.