Abandon du vaccin Pasteur contre le Covid-19 : "On est déçus mais il y a d'autres candidats vaccins", affirme l'infectiologue Odile Launay

Les premiers essais de ce projet de vaccin contre le Covid-19 ont montré qu'il était moins efficace qu'espéré.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un retraité de 75 ans en train de recevoir une injection du vaccin contre le Covid-19 à l'Institut Pasteur à Paris le 21 juin 2021. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

L'Institut Pasteur a annoncé lundi 25 janvier qu'il arrêtait le développement de son principal projet de vaccin contre le Covid-19, car les premiers essais ont montré qu'il était moins efficace qu'espéré. "On est déçus, bien sûr, mais il y a d'autres candidats vaccin à l'Institut Pasteur qui sont actuellement en phase préclinique", a expliqué sur franceinfo Odile Launay, infectiologue et membre du comité vaccin Covid-19.

franceinfo : Pourquoi Pasteur arrête ce vaccin ? Ça ne servait à rien d'aller plus loin ? 

Odile Launay : Je n'ai pas eu accès à tous les résultats. Les vaccins à ARN messager sont extrêmement efficaces donc les vaccins moins avancés dans leur développement doivent prendre en compte l'existence de ces vaccins et de leur efficacité. Si on a des données en termes d'immunogénicité qui semblent moins intéressantes que ceux des vaccins déjà disponibles cela paraît difficile de poursuivre leur développement avec les incertitudes qui persistent.

Sanofi a pris de retard et son vaccin ne sera prêt que fin 2021, en raison de résultats moins bons qu'attendu. La recherche française sur ces vaccins est-elle moins efficace que d'autres ?

Pour ce qu'on en sait, Sanofi a eu des difficultés dans la purification de son antigène. Il faut bien avoir en tête que la recherche vaccinale est très difficile. On ne peut jamais être sûr que les données qui ont été obtenues chez l'animal vont être obtenues chez l'homme. Les vaccins à ARN messager ont permis des résultats absolument exceptionnels donc on n'est plus dans la situation où nous avions zéro vaccin. Aujourd'hui, on a plusieurs vaccins à ARN messager et on a un vaccin de référence sur lequel on doit pouvoir s'aligner avant de continuer les recherches.

Ce sont des mauvaises pistes qui ont été prises ?

On est déçus, bien sûr, de l'interruption du développement mais il y a d'autres candidats vaccins à l'Institut Pasteur qui sont actuellement en phase préclinique avec des données, qui on l'espère, permettront d'aller plus loin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.