Haut-Rhin : le coordinateur du centre de vaccination de Munster qui s'était dit victime d'une agression a menti

Il a expliqué "s'être blessé lui-même volontairement à l'aide d'une seringue et d'un
cutter personnels qu'il avait récupérés à son domicile dans l'après-midi". L'homme a été placé en garde à vue.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le centre de vaccination de Munster (Haut-Rhin), vandalisé, le 10 janvier 2022. (MAXPPP)

Il reconnaît avoir menti. Le coordinateur du centre de vaccination de Munster (Haut-Rhin), qui avait assuré début janvier avoir été agressé par trois personnes sur son lieu de travail, est revenu sur ses déclarations, rapporte le parquet de Colmar, mercredi 19 janvier.

"De nombreuses investigations et vérifications ont été menées dans le cadre de l'enquête (...). Face à un certain nombre de contradictions entre les constatations faites et les déclarations du plaignant, ce dernier a été ré-entendu ce matin et a indiqué avoir menti", explique le communiqué. L'homme "n'a pas été agressé mais s'est auto-infligé les blessures qui ont été constatées par les médecins". Trois jours d'ITT (interruption totale de travail) lui avaient été prescrits.

"Un mal-être" à l'origine de son geste

Il a expliqué "s'être blessé lui-même volontairement à l'aide d'une seringue et d'un
cutter personnels qu'il avait récupérés à son domicile dans l'après-midi, et en se
donnant des coups avec les poings sur la cuisse", précise aussi le communiqué du parquet. L'intéressé a justifié son geste par "un mal-être qu'il ressent".

Il a été placé en garde à vue mercredi matin pour "dénonciation mensongère d'un délit imaginaire" et fera l'objet d'une expertise psychiatrique. Il risque jusqu'à six mois d'emprisonnement et une peine d'amende de 7 500 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.