Covid-19 : trois questions sur le vaccin Moderna qui arrive en ville dès jeudi

Disponible jusqu’alors dans les centres de vaccination, le vaccin à ARN messager Moderna sera désormais administré par des médecins et pharmaciens de ville volontaires à compter de cette semaine.

Article rédigé par
Edité par Pauline Pennanec'h - Anne-Laure Dagnet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un infirmier prépare une dose du vaccin Moderna contre le Covid-19 à Los Angeles, en Californie (Etats-Unis), le 16 février 2021. (APU GOMES / AFP)

Le premier vaccin à ARN messager arrive en ville jeudi 27 mai. Près de 400 000 doses de Moderna vont être livrées aux pharmaciens et aux médecins à partir de mercredi, ce qui devrait permettre de relancer la vaccination en ville freinée par la défiance des français vis-à-vis du vaccin d'Astrazeneca. Franceinfo fait le point.

Pourra-t-on se faire vacciner en pharmacie et chez son médecin ?

Près de 3 millions de doses du vaccin AztraZeneca contre le Covid-19 sont stockées chez les pharmaciens, les infirmiers et les médecins faute d'avoir trouvé suffisamment de candidats pour une piqûre. Les Français préférent de loin les deux vaccins à ARN messager, celui de Pfizer-BioNTech et Moderna.

Mais bonne nouvelle : à partir de jeudi 27 mai, les Français pourront en trouver en ville. Toutes les doses de Moderna vont être déroutées des centres de vaccination vers la ville. On ne trouvera plus ce vaccin dans les centres de vaccination, sauf pour faire sa deuxième injection si la première a été faite avec du Moderna. À partir de mercredi 26 mai, les premières doses de Moderna seront livrées dans les pharmacies et les cabinets de médecins. Il suffit d'un simple frigo pour les conserver jusqu'à un mois. Au total, près de 260 000 doses ont été commandées par les officines, 320 000 par les médecins ...

Des doses seront-elles disponibles dans certaines entreprises ?

C’est l’engagement pris par la ministre du Travail Elisabeth Borne, qui veut intensifier la campagne de vaccination en entreprise. Selon elle, près de 5 millions de salariés sont susceptibles d’être concernés. Sachant qu'au début du mois de mai, en entreprises, à peine plus de 60 000 vaccinations ont été réalisées au sein des services de santé au travail.

Le vaccin AstraZeneca n'ayant pas eu le succès escompté, 30 000 doses de Moderna vont donc être livrées dans des entreprises. Ce sont les médecins du travail qui injecteront le vaccin. Une expérimentation démarre cette semaine dans quelques entreprises : Danone, la RATP, Véolia, Saint Gobain, et la Poste. Objectif : voir si tout se déroule bien et si toutes les entreprises qui le souhaitent peuvent se mettre au vaccin à ARN messager.

Cela va-t-il vraiment permettre d'accélérer la campagne de vaccination ?

À petite dose : avec les livraisons prévues, les médecins ne pourront vacciner que dix personnes par semaine, les pharmaciens 20 personnes par semaine. Très insuffisant d'après ces professionnels, d'autant qu'à partir du lundi 31 mai, la vaccination sera ouverte à tous. Or pour les moins de 55 ans, seuls les vaccins à ARN messager sont autorisés. Il risque d'y avoir un trou d'air assez vite.

Du côté du ministère de la Santé, on attend de voir si toutes les doses de Moderna seront bien absorbées par ce circuit en ville. Pour l'instant, il n'est pas question d'autoriser les médecins et les pharmaciens à utiliser l'autre vaccin à ARN messager, qui est pourtant livré en grande quantité : quatre millions de doses seront du vaccin Pfizer seront livrées la semaine prochaine contre 450 000 doses de Moderna.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.