Covid-19 : "On voit des taux d'incidence qui augmentent" en Mayenne, "chez les plus de 65 ans vaccinés", alerte un médecin

La Mayenne fait face à une résurgence du Covid-19. "On recommence à avoir des clusters avec des décès", assure Luc Duquesnel, médecin généraliste dans le département.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le taux d'incidence dépasse les 300 cas pour 100 000 habitants, selon Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne, président de la branche "généralistes" de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

"On voit des taux d'incidence qui augmentent" en Mayenne "chez les plus de 65 ans vaccinés", a alerté jeudi 7 octobre sur franceinfo le docteur Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne, président de la branche "généralistes" de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF).

Plus précisément, il a évoqué un "cluster" dans "un service hospitalier" du département. "On voit dans d'autres départements en France des Ehpad où on recommence à avoir des clusters avec des décès", ajoute-t-il.

"On est justement dans un département où le taux d'incidence augmente et on est passé au dessus de 50. Chez certaines populations, les plus de 65 ans, on a des communautés de communes où on a un taux d'incidence à 300."

Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne

à franceinfo

Le gouvernement a autorisé l'abandon du port du masque obligatoire pour les écoliers dans deux tiers des départements où le taux d'incidence est inférieur à 50. La Mayenne fait face, elle, à une résurgence du Covid-19. Le docteur Luc Duquesnel pointe un relâchement de la population : "Les plus de 65 ans ont leur pass sanitaire, mais finalement on se retrouve dans les bals, les lotos, on n'a plus de masque, on se lave moins les mains, on s'embrasse. Et globalement, une tranche de la population pense que la crise sanitaire est derrière nous, qu'étant vaccinée, il n'y a plus aucun risque", a-t-il expliqué.

Le danger d'une autre vague

Luc Duquesnel met en garde les Français : "Attention qu'on n'ait pas un ressenti au niveau de la population, que voilà c'est fini. On est vacciné, on est tranquille. Le virus circule toujours autant, même si, on le sait, on a beaucoup moins d'hospitalisations et moins de formes graves", a-t-il indiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.