Covid-19 : le vaccinodrome du Stade de France ouvre ses portes

Ce méga centre de vaccination vise les 10 000 injections par semaine du lundi au samedi. Les premiers vaccinés sont entrés mardi matin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des personnes attendent pour se faire vacciner contre le Covid-19 dans un centre de vaccination installé au Stade de France (Seine-Saint-Denis), le 6 avril 2021. (THOMAS SAMSON / POOL)

Il est l’un des symboles de l'accélération promise de la campagne vaccinale contre le Covid-19. Le vaccinodrome du Stade de France en Seine-Saint-Denis a ouvert ses portes mardi 6 avril à 9 heures.

Il y a ceux qui découvrent le stade et puis il y a les habitués. Michel, 62 ans, est l'un des premiers vaccinés du jour, et a déjà assisté à une trentaine de matchs de football et de rugby dans cette enceinte. Mais évidemment, c'est la première fois qu'il découvre le Stade de France métamorphosé. "Quand je venais ici, c'était toujours festif, raconte Michel. C'était la fête, avec des drapeaux, des trompettes, des chants basques. Je n'aurais jamais pensé venir un jour ici pour une vaccination." 

>> Covid-19 : ce que l'on sait des vaccinodromes qui ouvrent en France

Il faut patienter un peu pour accéder aux tentes blanches installées dans un salon du sous sol qui accueille habituellement des séminaires et des réceptions. Patricia, 69 ans, prend son mal en patience. C'est la première fois que cette habitante de Saint-Denis parvient à décrocher un rendez vous. "C'est une excellente idée parce qu'on peut vacciner beaucoup plus facilement, et ça va accélérer le nombre de vaccinations, c'est clair, estime Patricia. Moi, je n'étais pas pour me faire vacciner. Mais en fait, si ça peut nous donner un peu plus de liberté pour les déplacements et pour rencontrer nos proches ou nos amis, bien sûr que oui."

Priorité aux habitants de Seine-Saint-Denis

En ce premier jour, 1 800 injections sont prévues avec des doses Pfizer ou Moderna. La moitié des créneaux a été réservé aux habitants de Seine-Saint-Denis. C'est primordial, insiste Mathieu Hanotin, le maire de Saint-Denis : "C'est sur le champ de bataille qu'il faut mettre les armes. Avouez que ça serait quand même quelque chose de cocasse, si on avait le plus grand centre de vaccination de France en Seine-Saint-Denis et qu'il ne vaccinait in fine que 20% de ses Séquano-Dionysiens."

"L’épidémie flambe ici plus qu’ailleurs pour de multiples facteurs parce que les gens travaillent en première ligne, qu’on est dans des logements plus petits et qu’il y a des familles nombreuses."

Mathieu Hanotin, maire de Saint-Denis

à franceinfo

À ceux qui redoutent que le Stade de France siphonne les stocks de vaccins, le préfet de Seine-Saint-Denis l'assure : il n'y a aucune incidence sur le fonctionnement des 24 autres centres de vaccination. "Pas un centre n'a fermé. Ils sont tous existants et aucun ne fermera évidemment, insiste Georges-François Leclerc. Nous avons besoin d'aller vacciner, si j'ose dire, dans les entrailles de la Seine-Saint-Denis." 

Dans un premier temps, 10 000 personnes doivent être vaccinés chaque semaine avant une montée en puissance, promet le préfet. Le Stade de France version vaccinodrome doit rester ouvert au moins six mois.

Le Stade de France version vaccinodrome : reportage de Sébastien Baer
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.