Covid-19 : l'obligation vaccinale pour les soignants "pointe une population comme vecteur principal de l’épidémie", dénonce Eric Coquerel

Dans son allocution du lundi soir, Emmanuel Macron a annoncé que la vaccination contre le Covid-19 serait rendue obligatoire notamment pour les soignants.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Eric Coquerel, député La France insoumise, le 12 octobre 2020 à l'Assemblée nationale. (BERTRAND GUAY / AFP)

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, s’oppose à la vaccination obligatoire contre le Covid-19 des personnels soignants annoncée par Emmanuel Macron lundi 12 juillet. Invité de franceinfo, il estime que cette obligation "pointe une population comme vecteur principal d’une épidémie, alors que c’est une population qui a beaucoup donné au nom de l’intérêt général".

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19 

Selon Eric Coquerel, également membre de la commission des finances, rien ne prouve que les soignants ont plus de risque de contaminer le public que d’autres professions et dénonce ainsi la possibilité, à partir du 15 septembre, de sanctionner les récalcitrants. "On nous parle de sanction, mais on va vraiment licencier des soignants alors qu’il en manque partout dans le pays ? Il faut être raisonnable !", s’agace-t-il.

"Il faut convaincre les Français"

Selon le député, cette mesure, ajoutée à l’extension du pass sanitaire et au fait que les tests PCR ne seront plus remboursés à l’automne, sauf prescription médicale, traduit une position claire du président de la République. "Le chef de l’Etat n’a pas caché le fait qu’on va progressivement vers une obligation du vaccin, explique Eric Coquerel. Autant je suis pour le vaccin, autant je pense qu’il faut convaincre les Français."

"Comme l’Organisation mondiale de la santé, je suis très dubitatif sur des politiques d’obligation qui inévitablement entraînent des politiques de contrôle et de discrimination."

Eric Coquerel

à franceinfo

Eric Coquerel craint qu’à l’avenir, les personnes non vaccinées soient "privées de la plupart des liens sociaux". Il n’a néanmoins pas précisé si La France insoumise allait voter contre le projet de loi à l’Assemblée nationale, mais imagine "mal un vote positif".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.