Covid-19 : dans les Ehpad, l'effet d'entraînement conduit de plus en plus de monde à se faire vacciner

D'abord sceptiques, certains résidents d'Ehpad acceptent finalement de se faire vacciner contre le coronavirus, après avoir vu leurs voisins. Cet effet "boule de neige" est un phénomène habituel.

Article rédigé par
Édité par Noémie Bonnin - Solenne Le Hen
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La vaccination contre le Covid-19 est abordée dans les Ehpad, comme ici à Paris, le 7 janvier 2021 (illustration). (AURELIEN MORISSARD / XINHUA / MAXPPP)

Combien de Français accepteront finalement de se faire vacciner contre le Covid-19 ? La proportion de personnes volontaires est assez faible pour l'instant, environ une sur deux, selon les dernières enquêtes. Mais de nombreux médecins, ainsi que le gouvernement restent persuadés que dans quelques mois, les Français vaccinés seront majoritaires, parce qu'ils auront suivi un mouvement général, une sorte d'effet d'entraînement.

>> INFOGRAPHIE. À partir de quand pourrez-vous vous faire vacciner contre le Covid-19 ?

Un phénomène déjà visible dans les établissements pour personnes âgées, comme à l'Ehpad Péan à Paris. Une vingtaine de résidents ont été parmi les premiers de France à recevoir une injection du vaccin contre le Covid-19, fin décembre. Parmi eux, Marguerite Rondeau, 95 ans. C'est un geste pour la science, selon elle : "Pour avoir du recul et savoir les effets néfastes du vaccin, il faut qu'il y ait des gens qui se fassent vacciner, moi je le fais pour ça."

Mais de nombreux autres résidents, comme Marius Monet, avaient eux dit non. Ils ne se feraient pas vacciner, par peur des effets secondaires. "Je craignais un peu, compte-tenu de mon âge, j'étais inquiet." Mais finalement, ce monsieur de 93 ans a changé d'avis. Et c'est clairement en voyant les autres résidents se faire vacciner que sa décision a évolué : "Oui, puisqu'ils vont très bien ! Ils descendent déjeuner, ils n'ont pas d'effets indésirables", reconnaît-il.

"Besoin de temps"

Effectivement, depuis les premières vaccinations il y a deux semaines, parmi les 94 résidents de l'Ehpad, nombreux sont ceux qui, d'abord réticents, se sont ravisés. "Ils sont 36 à avoir déjà donné leur accord, explique Romy Lasserre Saint-Maurice, la directrice. Certains étaient frileux, effectivement, au tout début, c'était nouveau, etc. Mais aujourd'hui, on est confiant pour atteindre un taux qui dépasse les 80% de résidents vaccinés."

"On a de plus en plus de résidents, mais aussi de personnels, qui adhèrent à l'idée de se faire vacciner."

Romy Lasserre Saint-Maurice, directrice d'Ehpad

à franceinfo

La directrice comprend ce premier sentiment d'inquiétude : "C'est vrai qu'on est aussi un peu Français. On a aussi besoin, quelques fois, de temps pour cheminer, d'où l'importance de prendre le temps."

Un phénomène médical connu

En voyant les voisins, les amis, leur médecin se faire vacciner, les Français opposés changent donc d'avis. Cet effet d'exemplarité, boule de neige, est en réalité un phénomène médical bien connu. "On a tendance à attendre de voir autour de nous comment ça se passe, comment réagissent les autres, quand est un peu hésitant avant de se lancer, explique la docteure Hélène Rossinot, médecin spécialiste de santé publique.

"Aux États-Unis par exemple, cet été il y avait 50% seulement de personnes qui souhaitaient se faire vacciner, aujourd'hui on en est à 73%."

la docteure Hélène Rossinot

à franceinfo

Selon la docteure Rossinot, les études montrent aussi que les Français ont tendance à suivre l'avis de leur médecin traitant. C'est pour cela, assure-t-elle, que si leurs médecins se vaccinent, beaucoup décideront alors de franchir le pas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.