Vaccination contre le Covid-19 : entre gestion logistique et recueil des consentements, les Ehpad s'organisent

Quelques établissements vont pouvoir commencer la vaccination des personnes âgées à risques à partir de dimanche.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un flacon de vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus, le 22 décembre 2020, à Haxby, au Royaume-Uni. (LINDSEY PARNABY / AFP)

"Le monsieur me demande si on en a parlé avec toi de la vaccination [contre le Covid-19], quelle sera ta position ?" Bernard Dupain est venu de Grenoble en Isère pour voir sa mère Madeleine, 95 ans, résidente d'un Ehpad dans le 13e arrondissement de Paris. Malgré son âge avancé, Madeleine a toute sa tête et les idées claires sur la vaccination : "Ma position c'est que je ne suis pas du tout contre. J'appartiens à une famille de médecin", répond-elle.

Je n'y suis pas du tout opposée.

Madeleine, 95 ans

à franceinfo

La Haute Autorité de santé (HAS) a donné son accord, jeudi 24 décembre, pour l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 des laboratoires Pfizer et BioNTech, donnant ainsi le coup d'envoi de la campagne de vaccination en France. Quelques établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes devraient donc pouvoir commencer à vacciner dès dimanche les personnes âgées à risques. Dans les autres établissements, la préparation est en cours. 

L'Ehpad Péan accueille 94 personnes. Il se prépare depuis maintenant trois semaines à cette étape de la vaccination. Il était candidat pour tester la logistique dès dimanche. Sa directrice, Romy Lassere-Saint-Maurice, a déjà recueilli une quinzaine de consentements. C'est une étape obligatoire et délicate. La moitié des résidents ici sont placés sous tutelle ou habilitation familiale. "Le premier aspect c'est de savoir si la personne s'est toujours opposée aux vaccins. Puis ensuite, on s'adresse à la personne de confiance ou au tuteur, ou éventuellement au conseil de famille", explique la responsable de l'établissement.

L'idée, c'est qu'on soit le plus proche de ce qu'aurait souhaité la personne si elle n'est pas en capacité de le dire elle-même.

Romy Lassere-Saint-Maurice

à franceinfo

L'autre étape sensible, c'est la gestion du vaccin, un frigo dans l'infirmerie a été préparée. Mais il faut anticiper sur les effectifs et sur les personnes à vacciner. Dès que le vaccin arrive, le temps est compté, explique la cadre de santé de l'établissement, Badra Hamadi : "Ce vaccin, une fois qu'il sera reçu, devra être conservé au réfrigérateur maximum quatre à cinq jours. Pour chaque flacon, il y aura cinq doses. L'injection devra être réalisée au maximum dans les deux heures", précise-t-elle.

"Nous avons déjà réfléchi à une organisation concentrée, poursuit Badra Hamadi. Nous aurons à réaliser cette administration de manière très rapprochée." L'établissement envisage de concentrer les injections sur deux jours. La vaccination se fait sous la supervision d'un médecin. Neuf résidents sont morts pendant la première vague du virus. Mais il n'y a plus de cas dans cet Ehpad depuis avril 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.