Covid-19 : 58% des Français ne veulent pas se faire vacciner, selon notre sondage

Cette part des sondés qui ne souhaite pas être vaccinés contre le coronavirus augmente : elle était de 50% le mois dernier.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Présentation d'une dose du vaccin Pfizer-BioNTech à l'Hôtel-Dieu à Paris (France) le 2 janvier 2021 (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Près de 6 Français sur 10 (58%) ne veulent pas se faire vacciner contre le Covid-19, selon un sondage Odoxa-Backbone consulting pour franceinfo et Le Figaro, réalisé les 22 et 23 décembre et publié dimanche 3 janvier. C'est huit points de plus que le mois dernier.

Toutefois, ce chiffre masque de grandes disparités selon l'âge, le sexe ou le milieu social des personnes interrogées. Ainsi, le souhait de vaccination augmente avec l'âge, passant de 32% chez les 35-49 ans à 58% chez les plus de 65 ans. Davantage d'hommes souhaitent se faire vacciner : ils sont 54% à dire oui, alors que 69% des femmes s'y refusent. Le milieu social joue aussi : 62% des cadres se vaccineraient alors que 73% des ouvriers s'y refusent.

Le lieu de vie a aussi une influence : 49% des habitants de l'agglomération parisienne se vaccineraient alors que 62% des habitants des communes de moins de 20 000 habitants s'y refuseraient. Politiquement enfin, les clivages sont forts : 56% des électeurs d'Emmanuel Macron se vaccineraient alors que 68% des électeurs de Marine Le Pen et 60% de ceux de Jean-Luc Mélenchon s'y refuseraient.

"Une décision raisonnable face à un nouveau vaccin"

Comment expliquer ce refus majoritaire dans la population ? Parce que pour 60% des Français interrogés, "ne pas se vacciner est une décision raisonnable face à une nouvelle maladie et un nouveau vaccin". Pour 82% des Français, c'est "une décision purement personnelle qui ne regarde que soi". Par ailleurs, 55% des Français réfutent l'idée que ne pas se vacciner est égoïste et 68% récusent le procès en obscurantisme.

L'enquête montre également que les Français ne sont pas optimistes à court terme par rapport à ce vaccin : ils ne sont que 17% à penser qu'il permettra de vaincre le virus dans les six à neuf mois à venir. 36% pensent qu'il nous faudra encore une ou deux années, alors que 46% estiment que c'est trop tôt pour en déduire quoi que ce soit.

Ce sondage a été réalisé les 22 et 23 décembre 2020 par internet auprès d'un échantillon de 1 004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.