Covid-19 : baroud d'honneur des soignants réfractaires au vaccin

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : baroud d'honneur des soignants réfractaires au vaccin
FRANCEINFO
Article rédigé par
A.-C. Roth, N. Lambert, P. Maire, N. Karczinski - franceinfo
France Télévisions

L'obligation vaccinale contre le Covid-19 pour les soignants entre en vigueur mercredi 15 septembre. 2,7 millions de personnes sont concernées et une minorité de réfractaires a manifesté mardi.

Mercredi 15 septembre, les soignants devront être vaccinés contre le Covid-19 pour pouvoir exercer. En 24 heures, le pourcentage de non-vaccinés a légèrement baissé. La veille au soir, on était à 5% en médecine libérale, 11% en milieu hospitalier. Les irréductibles sont prêts à voir leur salaire suspendu. Ils ont beau être minoritaires, ils n’en sont pas moins déterminés. Parmi les manifestants rassemblés devant le ministère de la Santé mardi matin à Paris, Michaël Reynet, infirmier libéral, refuse le vaccin. Il ne pourra plus exercer mercredi. Seule solution pour l'instant : poser des congés.

Espoir

"Je vais prendre un peu de vacances, je l'ai bien mérité", explique-t-il. "Malheureusement, mon collègue vacciné va devoir aller travailler tous les jours. Après les vacances, je ne sais pas". "Tant que je n'ai pas ma suspension officielle, je dois continuer à travailler sinon il y a abandon de poste", affirme de son côté Mélanie Pelliccia, secrétaire médicale. Astrid Petit, sage-femme, est dans l'incertitude et espère que le gouvernement fera marche arrière sous la pression des établissements "qui sont en difficulté", selon elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.