Cet article date de plus d'un an.

"Sumo-penderie", "poêle-pong"… : une Fédération des sports confinés voit le jour pour continuer à faire de l’exercice pendant le Covid-19

À l’heure où les Français rivalisent d’ingéniosité pour continuer à faire du sport en période de confinement à cause du Covid-19, cette fédération a l’ambition de regrouper les nouvelles disciplines pratiquées à la maison.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour chaque sport, un dessin, des règles plus ou moins strictes et une description du matériel nécessaire. (Capture d'écran Fédération des sports confinés)

Moins vite, moins haut, mais tout aussi fort : c’est la devise de la Fédération des sports confinés, en clin d’œil au baron Pierre de Coubertin et aux Jeux olympiques. Mais la comparaison s’arrête là :"Il n’y a pas de record à battre, pas de coups à recevoir", explique Xavier Yonter, un de ses créateurs.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

Alors que les compétitions sportives sont  à l'arrêt depuis le début du confinement à cause du coronavirus Covid-19 certains s'adaptent en effet au contexte pour lancer de nouvelles idées pour pratiquer une activité sportive tout en restant chez soi. La Fédération des sports confinés vient ainsi de voir le jour sur les réseaux sociaux grâce à l’initiative de deux agences de communication et de design qui ont l’habitude de travailler ensemble. Avec pour ambition de regrouper ces nouvelles disciplines pratiquées à la maison.

Il faut maîtriser le geste et faire attention à ce que la pratique ne déborde pas dans quelque chose d’accidentel. Pas la peine de se mettre des défis incroyables pour la Fédé des sports confinés…

Xavier Yonter

à franceinfo

Des défis incroyables non, mais des idées légères et originales, oui. Dominique Jubert et sa famille ont ainsi inventé le "poêle-pong" : "On était en train de faire la vaisselle, lors des premiers jours du confinement, se souvient-il. Pour dîner, on s’était servi de poêle pour faire une omelette. Puis on a tricoté ensemble le reste, avec une balle en mousse, puis un livre pour faire le filet."

Pour chaque sport, un dessin, des règles plus ou moins strictes et une description du matériel nécessaire. Emmanuel Berger s’est pris au jeu avec son fils, en envoyant régulièrement des vidéos. "C’est, indique cet ancien professeur de tennis, l’effet positif des réseaux sociaux, qui sont souvent décriés mais qui sont essentiels pour garder la forme et le moral !" Alors si vous vous ennuyez, enfilez toute votre garde-robe. Faites-vous un beau chignon. Trouvez-vous un adversaire à votre taille et c’est parti pour un combat de "sumo-penderie". Le perdant passera l’aspirateur !

Voir cette publication sur Instagram

Sport nº3 : l’Ultimate-Parkour

Une publication partagée par Fédé des Sports Confinés (@ffsportsconfines) le

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.