Coronavirus : l'application StopCovid dépasse le million d'utilisateurs, annonce le secrétaire d'Etat Cédric O

Le gouvernement espère que plusieurs millions de personnes vont l'utiliser afin d'enrayer l'épidémie de Covid-19.

Le secrétaire d\'Etat au numérique, Cédric O, présente l\'application de traçage StopCovid, le 29 mai 2020 à Bercy.
Le secrétaire d'Etat au numérique, Cédric O, présente l'application de traçage StopCovid, le 29 mai 2020 à Bercy. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'application française de traçage de contacts contre le coronavirus StopCovid "a passé le cap du million d'utilisateurs", a annoncé sur RMC le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O, samedi 6 juin. Le gouvernement estime que l'appli est utile "dès les premiers téléchargements", mais son efficacité dépend tout de même du nombre de personnes qui l'utilisent. Cédric O espérait ainsi, sur France 2, mercredi, que "plusieurs millions de Français" allaient la télécharger.

Un million "d'activations"

Le secrétariat d'Etat au numérique précise à l'AFP que le chiffre d'un million correspond à des "activations" de l'application, et non à de simples téléchargements. L'application StopCovid doit permettre à ses utilisateurs d'être prévenus s'ils ont croisé récemment, à moins d'un mètre et pendant plus de 15 minutes, un autre utilisateur qui s'est découvert contaminé par le coronavirus responsable du Covid-19.

StopCovid est toutefois critiquée par des experts en informatique et des juristes, qui y voient un pas vers une société de la surveillance, où nos faits et gestes seraient tracés en permanence par des systèmes automatiques. Le gouvernement assure que des verrous suffisants empêchent tout détournement à des fins de surveillance – notamment le fait que l'application fonctionne avec des pseudonymes changeant régulièrement, et non des identifiants en clair. Le téléchargement de l'application n'a, en tout cas, rien d'obligatoire. Nul employeur, commerçant, fournisseur de services, autorité n'a le droit d'imposer son utilisation.