Soupçon de fraudes au chômage partiel : deux Franco-Israéliens interpellés en Israël

Les deux Franco-Israéliens ont été interpellés dans le cadre d'une enquête pour "blanchiment" et "fraude fiscale", concernant près de 4 000 demandes d'indemnisation frauduleuses, pour un total estimé à 14 millions d'euros.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La fraude au chômage partiel a explosé pendant la pandémie de Covid-19. Image d'illustration. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Plusieurs personnes, dont deux Franco-Israéliens, ont été interpellées lundi 15 août en Israël dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de fraudes au chômage partiel en France évaluée à plusieurs millions d'euros, a appris le correspondant de Radio France à Jérusalem mardi 16 août. Les deux Franco-Israéliens faisaient l'objet d'une commission rogatoire internationale.

Ils ont été interpellés dans le cadre d'une enquête pour "blanchiment" et "fraude fiscale" menées par les autorités israéliennes, en lien avec une information judiciaire ouverte le 5 janvier 2021 en France par la Juridiction nationale chargée de la lutte contre la criminalité organisée (Junalco) pour "escroqueries et tentatives en bande organisée", "blanchiment en bande organisée" et "association de malfaiteurs", a appris franceinfo de source judiciaire. Un juge d'instruction de la Junalco et des enquêteurs de l'Office central de lutte contre le travail illégal et de la Section de recherche de Toulouse sont actuellement en Israël en qualité d'observateurs, selon une source judiciaire.

Près de 4 000 demandes d'indemnisation 

Cette information judiciaire concerne près de 4 000 demandes d'indemnisation frauduleuses, dont le total est estimé à près de 14 millions d'euros. Trois personnes sont déjà mises en examen dans ce dossier depuis juin 2021, indique une source judiciaire à franceinfo. Un trentenaire franco-israélien est en détention provisoire en France, ajoute une source proche du dossier, confirmant une information de l'AFP. Les enquêteurs ont saisi 1,7 million d'euros en petites coupures dans un box lors de son arrestation.

La fraude au chômage partiel a explosé pendant la pandémie de Covid-19, alors que le gouvernement français avait mis en place des aides financières pour les entreprises fermées pour des raisons sanitaires. Le parquet de Paris l'avait estimé à 182 millions d'euros en novembre 2020, dont 54 millions avaient pu être détournés avant d'être interceptés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Solidarités face au coronavirus

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.