"Je suis émue d'avoir été désignée" : agent mortuaire à l'hôpital, Valérie Denny est invitée aux célébrations du 14-Juillet

Valérie Denny figure parmi les 1 400 soignants invités mardi place de la Concorde à Paris pour les célébrations du 14-Juillet. Cette année, le personnel médical en première ligne pendant la crise sanitaire sera à l'honneur. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Valérie Denny est agent du service mortuaire de l’hôpital Emile Muller de Mulhouse. (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

Elle va prendre le train pour rejoindre la capitale afin de participer mardi aux célébrations du 14-Juillet place de la Concorde. Valérie Denny, agent du service mortuaire de l’hôpital Emile Muller de Mulhouse (Haut-Rhin) a été désignée pour participer à la cérémonie qui comprendra un hommage aux soignants et à la société civile après la longue bataille qu'ils ont livrée contre la pandémie.

"De belles rencontres malgré la mort"      

Malgré son quotidien dans le local des cellules réfrigérées, Valérie Denny, qui travaille dans ce service depuis 14 ans, est une femme pleine de vie. "Je travaille ici depuis 14 ans, oui… 14 ans de belles choses malgré la mort. Il y a des familles qui vous parlent de leurs proches décédés et ce sont des belles histoires de vie, de belles rencontres malgré la douleur."

>> Répétitions du 14 juillet : l'hommage aux soignants

Face à la crise qui a duré de longues semaines, Valérie et les huit autres agents du service ont dû tenir bon. "Il faut prendre sur soi et ce n’est pas facile. On a eu des moments… les larmes me montent… On a eu des moments où on ne pouvait plus dormir correctement."

C’est vrai qu’à un moment donné on avait l’impression d’être des automates et on n'arrivait plus à faire la part des choses. Maintenant ça va mieux mais cela reste toujours encré dans le cerveau.

Valérie Denny

à franceinfo

Habituellement les corps sont préparés, maquillés et coiffés pour être présentés aux familles. Mais pendant le coronavirus, ils étaient directement mis en bière, explique-t-elle. "Si les familles étaient insistantes, elles avaient la possibilité de voir leurs proches lors d’une visite médiatisée" durant laquelle un agent hospitalier filmait le défunt. "On positionnait alors le défunt, la housse ouverte au niveau de la tête et on mettait, pour la symbolique, une rose afin d’apaiser au mieux les personnes de la famille." 

"Je vais représenter l'hôpital"

Valérie n’oubliera jamais ces moment-là et l’hommage qui lui sera rendu mardi n’est pas anodin. "J’ai été désignée, j’en suis touchée et émue. Je vais représenter l’hôpital et toutes les catégories sociales de l’hôpital parce que - de A à Z - on a été une unité solidaire."  Valérie prend donc le train lundi midi, avec - dans ses valises - les souvenirs d’une période qu’elle aura rendu plus douce et digne à des dizaines de familles.

Les soignants à l'honneur le 14 juillet : écoutez le reportage de Valentin Dunate
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.