En Alsace, des chiens renifleurs entraînés à détecter l’odeur du coronavirus

La procédure, encadrée scientifiquement, permettrait de détecter le Covid-19 beaucoup plus rapidement que les tests PCR.

Le chien, meilleur ami de l’homme, encore plus en temps de crise. Certains membres de son espèce participent ainsi à leur manière, à la lutte contre le coronavirus. Ces malinois sont en en effet entraînés à détecter l’odeur de la pathologie.

"Dans le cadre de la santé, on arrive à avoir aussi des détections de molécules chimiques spécifiques volatiles qui sont sécrétées lors de certaines pathologies", explique la vétérinaire Karine Le Bleys.

Un travail encadré par un laboratoire

Au flair de nos amis à quatre pattes se combine le travail de ce laboratoire alsacien Twistaroma. Ici, une machine a modélisé l’odeur du virus à partir des molécules qui le composent. Et une start-up a mis au point ce masque composé d’un film polymère capable de conserver l’effluve.

"Le polymère se détache. Quand je le remets, en parlant avec vous, je suis en train de collecter des odeurs, et ces odeurs vont être analysées par le laboratoire ou par le chien", détaille Grégory Hérin, co-fondateur de CEO Getxent.

L’alliance de la science humaine et du flair canin invente donc un nouveau test. Il serait bien utile là où circulent les foules, comme dans les aéroports, les salles de spectacle ou les stades.

Le flair de l\'animal pourrait être efficace dans les lieux fréquentés comme les stades ou les aéroports.
Le flair de l'animal pourrait être efficace dans les lieux fréquentés comme les stades ou les aéroports. (FRANCE 3)