"J'ai peur que mes parents tombent malades du Covid-19" : dans ce lycée de Drancy, 22 classes sont déjà fermées

Le lycée Eugène-Delacroix de Drancy compte depuis le début du mois plus d'une cinquantaine de cas positifs parmi les élèves et des professeurs ont exercé leur droit de retrait. La Seine-Saint-Denis fait partie des 19 départements où un seul cas de Covid dans une classe entraîne désormais sa fermeture.

Article rédigé par
Marie Gicquel - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Lycée Eugène Delacroix (Drancy). (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

La situation est très préoccupante au lycée Eugène-Delacroix de Drancy (Seine-Saint-Denis). En un an, une vingtaine d’élèves ont perdu un parent du Covid-19, et on observe une recrudescence des cas depuis une dizaine de jours. Certains professeurs ont même exercé leur droit de retrait et certains ont écrit au président de la République Emmanuel Macron pour dénoncer ces conditions dramatiques, lui demandant de fermer complètement le lycée. Vingt-deux classes du lycée sont fermées, lundi 29 mars. Soit 500 élèves sur 2 400 au total qui resteront à la maison.

Dimanche, dans les rues de Drancy, les habitants sont choqués par la situation, mais pas étonnés. C'est le cas d'Alice et Yvette, de retour du marché. Elles habitent juste à côté du lycée et ont découvert la situation dramatique de l'établissement en lisant la lettre des professeurs. Désormais, elles ne sont plus sereines à l'idée de passer devant le lycée Eugène-Delacroix, l'un des deux lycées publics de Drancy. "Je savais qu'en Seine-Saint-Denis ça augmentait mais je ne pensais pas que c'était aussi fort à côté de chez moi, dans le lycée, confie Alice. J'habite à côté, je vois que les jeunes ont leurs masques. Pas tous, mais la majorité le portent. Qu'est-ce qu'il faut faire de plus ? Je n'en sais rien. On a peur, surtout nous, les personnes âgées." Et son amie ajoute : "Ils ne savent pas si ça vient de l'école ou si des parents l'ont attrapé ailleurs. Ils ne peuvent pas savoir..."

Des négligences dans certains établissements

Séverine vit dans la résidence derrière le lycée. "Je n'étais pas au courant de la situation sanitaire ici", affirme-t-elle. Elle admet qu'après un an de crise du Covid-19, il n'est pas toujours simple pour les élèves de respecter toutes les restrictions : "Ma fille est au collège et elle m'a dit que certains élèves et surveillants ne portent pas le masque correctement. Donc je pense qu'au lycée aussi, ça ne doit pas être bien fait tout le temps, pas toute la journée."

Deux mille quatre cents élèves et 300 membres du personnel se croisent au lycée Eugène-Delacroix. Parmi eux : Mehdi, en terminale, qui confirme cette négligence : "Les classes ne sont pas réparties comme il faudrait, c'est-à-dire qu'on est 26 dans une classe de 30 places, raconte-t-il. Pour les examens, on est collés... pas facile de respecter la distanciation."

"J'ai peur que mes parents tombent malades. Si on décide de fermer le lycée, ou même seulement des classes, ça ne me dérange pas. Mais pour le moment, on ne fait rien. On attend et on espère ne pas l'attraper."

Mehdi, élève au lycée Eugène Delacroix à Drancy

franceinfo

"La réalité du lycée Delacroix, c'est que le protocole sanitaire ne peut pas être appliqué, par manque de moyens, dénonce Clément Barres, professeur de mathématiques. Le nettoyage des sols n'est pas fait tous les jours, il n'est fait qu'une fois par semaine, alors que le protocole sanitaire dit explicitement que les sols doivent être nettoyés tous les jours." Pour cet enseignant, la fermeture générale est inéluctable. "Rien n'a été fait depuis le mois de septembre."

Alors, fermer ou pas le lycée ? La décision divise car certains élèves ne veulent pas revivre les cours à la maison. Pour le moment, les emplois du temps sont bouleversés : certaines heures sont déjà en distanciel, d'autres non et des professeurs ont annulé leurs cours. Lundi, le lycée de Mehdi sera donc ouvert mais il s'interroge : "La question c'est est-ce que je vais y aller, pour mes parents ? Je pense que non." Vingt-deux classes sont d'ores et déjà fermées et une "détection massive", via des tests, se tiendra dans l'établissement mardi et mercredi, pour les personnels et les élèves. . 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.