Restaurants : "On se pose la question de la réouverture mais il faut déjà se poser la question de la survie", avance Philippe Etchebest

Le chef craint par ailleurs que le protocole d'hygiène à suivre pour pouvoir rouvrir les restaurants soit "trop" coûteux "pour beaucoup".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Philippe Etchebest aux championnats de France du dessert à Nancy, le 22 mars 2017. (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

"On se pose la question de la réouverture mais il faut déjà se poser la question de la survie", assure le chef Philippe Etchebest mardi 21 avril sur France Inter, qui estime que de nombreux restaurateurs ne pourront même pas rouvrir si rien n'est fait. "Il faut permettre à tous ces restaurants, tous ces hôtels, tous ces cafés, de pouvoir vivre cette espèce de léthargie", ajoute-t-il.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de coronavirus dans notre direct

Pour ça, le chef Philippe Etchebest propose que "l'État prenne des dispositions pour que les assurances trouvent des fonds pour permettre un minimum vital" pendant ces mois de fermeture. Cela peut passer, selon lui, par des prêts accordés tout de suite mais avec "des échéances plus tard" et pourquoi pas "en augmentant les cotisations". Car de nombreux restaurateurs sont déjà en difficulté. 30% n'ont pas pu payer leurs employés en mars et ils seront près de 70% dans cette situation en avril. Plusieurs ne peuvent pas non plus se payer eux-mêmes. 

"Aujourd'hui, il faut prendre des mesures d'hygiène drastiques"

Sur la question de la réouverture, "il est dangereux d'ouvrir le 11 mai sans y être préparé", admet Philippe Etchebest. "Aujourd'hui, il faut prendre des mesures d'hygiène drastiques, à savoir protéger nos salariés à travers un protocole d'hygiène", précise-t-il mais "les préconisations sont colossales, à la fois financièrement et dans la méthodologie". Des mesures qui seront trop coûteuses pour beaucoup, estime le chef cuisinier. Et qui donneront une autre saveur dans les salles des restaurants regrette Philippe Etchebest.

On peut faire le choix de mettre des plexis, des masques, des charlottes, des surchaussures, de prendre des douches même s'il le faut. Après, si on veut aller manger dans des Ehpad, parce que c'est ce qu'on va devenir à un moment donné, je ne sais pas si vous, en tant que client de restaurant, vous apprécierez les choses de la même façon. 

Philippe Etchebest, chef cuisinier

à France Inter

 Dans une tribune publiée lundi dans Le Figarodes chefs cuisiniers réunis au sein du Collège culinaire de France avaient alerté le chef de l'État sur l'état critique du secteur. L'un des signataires, le chef étoilé Régis Marcon, a notamment demandé un décret de déconfinement partiel pour la restauration.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.