Cet article date de plus d'un an.

Reprise de l'école le 11 mai : "Le président prend une décision et il n'y a pas de commentaire à avoir là-dessus de notre part", assure le professeur Chauvin

"Les décisions doivent prendre en compte d'autres paramètres", affirme sur franceinfo Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique qui s'était prononcé pour une reprise en septembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des enfants arrêtés devant la grille de leur école, à Nantes, le 22 avril 2020. Photo d'illustration. (ROMAIN BOULANGER / MAXPPP)

Le gouvernement a décidé de faire reprendre l'école aux élèves le 11 mai, alors que le Conseil scientifique s'était prononcé pour une reprise en septembre. "Le président prend une décision et il n'y a pas de commentaire à avoir là-dessus de notre part", a estimé lundi 27 avril sur franceinfo Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique.

>> Coronavirus : suivez en direct toute l'actualité liée à l'épidémie de Covid-19

"Il est important de comprendre que les scientifiques font des recommandations et qu'après les politiques prennent des décisions", a ajouté le professeur. "Les scientifiques ne voient pour l'essentiel que l'aspect sanitaire, le président de la République a d'autres impératifs que l'on peut tout à fait comprendre, il prend une décision et il n'y a pas de commentaire à avoir là-dessus de notre part."

Emmanuel Macron a toujours suivi l'avis des scientifiques mais pas sur l'école. Pour Franck Chauvin, cela est tout à fait compréhensible. L'épidémie de coronavirus "rentre dans une phase plus chronique (...) C'est tout à fait légitime que les politiques le fassent."

Nous devons nous habituer à vivre avec ce virus et il y a des décisions qui doivent prendre en compte d'autres paramètres que les paramètres sanitaires.

Franck Chauvin

à franceinfo

Le choix du 11 mai pour le déconfinement est un choix à risques mais "toutes les décisions comportent des risques", a relativisé Franck Chauvin. "Sur le plan sanitaire, si vous demandez à des gens qui gèrent une épidémie, ils aimeraient que tout le monde reste au domicile jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un cas. Evidemment, ce n'est pas possible. Donc les décisions doivent prendre en compte d'autres paramètres."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.