Réouverture du Puy du Fou : "Nous sommes prêts" avec "un dispositif de sécurité sanitaire assurant la sérénité de nos visiteurs, assure son président

Le président du parc du Puy du Fou, Nicolas de Villiers, jeudi 21 mai, assure ne pas "engager" l'"image" du parc et sa "réputation si nous ne sommes pas capables d’assurer la sécurité des visiteurs".

Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, lors de l\'inauguration d\'une franchise du parc en Espagne, le 30 août 2019. 
Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, lors de l'inauguration d'une franchise du parc en Espagne, le 30 août 2019.  (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

"On ne peut pas engager notre image et notre réputation si nous ne sommes pas capables d’assurer la sécurité des visiteurs. Donc naturellement nous sommes prêts", a assuré ce jeudi 21 mai sur franceinfo Nicolas de Villiers, le président du Puy du Fou. Ce parc d’attractions pourra rouvrir ses portes le 11 juin sur décision du président de la République, "dans des conditions, bien sûr, très particulières". Mais "c’est une nouvelle formidable" pour Nicolas de Villiers.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie et de ses conséquences dans notre direct

Est-ce que vous avez des garanties sur la réouverture du Puy du Fou ?

Nous avons attendu longtemps ces certitudes mais oui, nous les avons parce que le chef de l’État a pris le dossier en main. Le 11 juin, nous aurons la possibilité de rouvrir nos portes au public. C’est une nouvelle formidable, c’est une joie formidable pour nous tous parce que ça y est, enfin, nous allons pouvoir offrir les émotions que nous attendons tous à nos visiteurs mais dans des conditions, bien sûr, très particulières. Nous avons un dispositif de sécurité sanitaire assurant la sérénité de nos visiteurs tout au long de la visite.

Le chef de l’État a mis cette question à l’ordre du jour parce que votre père, Philippe de Villiers, lui a manifestement soufflé à l’oreille. Ça s’est vraiment décidé comme ça ?

Ça s’est vraiment décidé à l’Élysée, je crois que le chef de l’État a entendu notre appel. Nous avions une pétition qui avait été lancée par les élus régionaux qui a recueilli des dizaines de milliers de signatures et qui était adressée au chef de l’État. Et donc il a voulu trancher parce qu’il pensait que le flou n’était pas la solution pour une bonne préparation d’une saison, sachant que nous sommes des professionnels de la sécurité et de l’accueil du public. Il en va de notre image. On ne peut pas engager l’image du Puy du Fou et notre réputation si nous ne sommes pas capables d’assurer la sécurité des visiteurs donc naturellement nous sommes prêts.

Quelles contraintes pour une réouverture pour vous ?

Les contraintes sont simples, elles sont celles qui sont liées à toutes les mesures que le gouvernement demande et qui sont légitimes. Les distances entre les visiteurs qui doivent être respectées à tout moment dans la visite, la circulation des personnes à l’intérieur du site. Je rappelle que le Puy du Fou, c’est 150 hectares en plein air, ce sont des activités à ciel ouvert pour la plupart et qui permettent aussi d’être des activités très oxygénées. Nous aurons également un processus de désinfection de l’ensemble des lieux traversés par nos visiteurs, la distribution de gel hydroalcoolique, etc, donc beaucoup de mesures d’assurer la sécurité du visiteur.

Est-ce que l’offre sera complète et est-ce que les tarifs seront les mêmes que d’habitude ?

Tous nos spectacles seront présentés. Nous avons fait simplement le choix de fermer deux de nos 23 restaurants car ils ne permettent pas la distanciation physique entre les personnes. Mais en dehors de ces deux restaurants, toutes nos installations sont capables d’accueillir nos visiteurs dans la sérénité à condition bien sûr de limiter l’affluence dans chacun de nos sites. Et il est hors de question d’augmenter nos prix. Ce n’est pas aux visiteurs d’assumer la charge des difficultés économiques liées à cette crise. Nos prix restent les mêmes.