Réouverture des écoles : Le SNUipp FSU "demande une semaine de prérentrée" pour tester tous les enseignants

Le secrétaire départemental du SNUipp FSU de la Vienne, où un nouveau cluster vient d'être identifié dans un collège, demande de décaler la rentrée pour que "l'ensemble de la communauté éducative qui va accueillir des enfants" soit testée.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
À Bayon (Meurthe-et-Moselle), une école primaire et maternelle se prépare à recevoir 40 élèves, le 12 mai après le confinement dû au coronavirus. (THIERRY COLIN / RADIO FRANCE)

"On demande une semaine de prérentrée", le temps de dépister tous les enseignants car "on ne devrait pas imaginer une réouverture des écoles sans avoir testé l'ensemble de la communauté éducative qui va accueillir des enfants", déclare le secrétaire départemental du SNUipp FSU de la Vienne et enseignant en maternelle Gilles Tabourdeau, ce dimanche sur franceinfo. Un nouveau foyer épidémique du Covid-19 a été découvert dans son département, lors d'une réunion de prérentrée au collège de Chauvigny.

franceinfo : Après ces contaminations au Covid-19 dans un collège, l'inquiétude monte-t-elle chez les enseignants ?

Je crois que l'inquiétude est présente. Des chefs d'établissement, des adultes qui sont en capacité de respecter des gestes barrières, arrivent à se contaminer dans une zone verte, qui n'est normalement pas un foyer du Covid-19. On peut donc se poser la question de qu'en sera-t-il dans des classes à 8, 10, 15 élèves où des enfants de 3 à 10 ans vont être rassemblés sans masques et, pour certains, sans capacité à respecter les gestes barrières ? Bien sûr, notre profession est très inquiète de cette reprise dans ces conditions-là, d'autant plus avec cette nouvelle-là.

Pensez-vous qu'il est possible d'appliquer les gestes barrières lors des réunions de prérentrée ou de les faire en visioconférence ?

Dans la Vienne, une très, très grande majorité des écoles ont des réunions demain pour préparer la rentrée, et justement, malheureusement, ces réunions vont avoir lieu en présentiel puisque pour la grande majorité, il y a une obligation de retourner sur site et, de fait, de voir ses collègues. Par rapport aux collèges qui sont des espaces qui sont larges, qui ont des grandes salles, qui sont bien aérés, dans la Vienne, on a plus de 300 écoles qui sont toutes très disparates et qui sont pour beaucoup très exiguës, qui datent des années 1950, et dans lesquelles on imagine très mal pouvoir faire des réunions comme ça. Il n'y a rien de plus comme directive, si ce n'est d'appliquer le protocole et respecter les barrières. Sauf que chaque école est différente. Cela nécessiterait une adaptation du protocole au plus près de chaque école.

Demandez-vous le dépistage de chaque enseignant avant la reprise ?

Je crois qu'effectivement, cet événement à Chauvigny est un peu une leçon d'humilité à tous ceux qui clament haut et fort qu'il faut se rassurer, être confiant en respectant les gestes barrières... que tout va bien, et qu'en plus, on est dans une zone qui n'est pas touchée... Pour le SNUipp FSU, il est important effectivement que l'ensemble des enseignants soient testés avant la reprise. D'ailleurs, on voit bien que le maire a fait preuve de bon sens et a utilisé son influence, celle de menacer de ne pas rouvrir les écoles pour le testing de l'ensemble des enseignants de Chauvigny. On pense qu'il incombe aux municipalités, comme l'a fait le maire de Chauvigny, de dire qu'il est nécessaire de tester l'ensemble des enseignants avant de rouvrir des écoles. Ca devrait servir de méthode. C'est-à-dire que sur l'ensemble du territoire, on ne devrait pas imaginer une réouverture des écoles sans avoir testé l'ensemble de la communauté éducative qui va accueillir des enfants.

Souhaitez-vous que la rentrée soit reportée, le temps de tester tous les enseignants ?

On dit que l'ouverture le 12 mai, c'est bien trop tôt. La zone dont fait partie l'Académie de Poitiers est rentrée de vacances seulement lundi dernier et a dû mener de front la reprise du travail de l'activité scolaire avec les élèves, donc aller les rechercher, relancer l'école... et en même temps, préparer la reprise, la réouverture des écoles, c'est assez compliqué. Il y a besoin d'avoir du temps. On demande une semaine de prérentrée et si ça peut ouvrir, ça ouvre, si ça ne peut pas ouvrir, ça n'ouvre pas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.