Nouveau foyer de Covid-19 dans la Vienne : "Je dois protéger ma population" déclare le maire de Chauvigny qui a fait dépister 71 agents municipaux et enseignants de sa commune

Le maire de Chauvigny (Vienne) a fait dépister 71 agents municipaux et enseignants après la découverte d'un nouveau foyer de contamination au coronavirus. Si un cas est avéré, il prévient que la rentrée sera repoussée à septembre. "Nous saurons ce qu'il en est dans les 24 ou 48h à venir", explique-t-il à franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Dépistage Covid-19 pour les employés des écoles municipales à l'IHU de Marseille, le 7 mai 2020. (image d'illustration) (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

"Je suis aussi médecin et je me dois de protéger ma population" déclare ce samedi sur franceinfo le maire de Chauvigny (Vienne) qui a fait dépister 71 agents municipaux et enseignants après la découverte d'un nouveau foyer de contamination au Covid-19 au collège Gérard-Philippe de sa commune, où quatre cas avérés de coronavirus ont été diagnostiqués.

"Si je n'ai aucun résultat négatif concernant ces 71 personnes, on ouvrira les écoles primaires. Si, en revanche, il devait y avoir ne serait-ce qu'un seul cas avéré de Covid-19, nous avons pris la décision, avec un certain nombre d'élus, de ne pas les rouvrir" explique Gérard Herbert.

franceinfo : En savez-vous plus sur ce qu'il s'est passé au collège Gérard-Philippe de Chauvigny ?

Gérard Herbert : J'ai seulement été averti jeudi soir d'un cas positif au coronavirus. C'est une personne ayant participé à une réunion au collège de Chauvigny, durant laquelle un certain nombre de personnels étaient réunis pour préparer la rentrée. J'ai ensuite appris que trois nouveaux cas avaient été identifiés parmi ces 17 ou 18 personnes, mais j'ignore totalement d'où sont originaires les quatre personne testées positives. En tout cas, la réouverture du collège a été repoussée. Ce n'est pas suffisant. Compte tenu de l'effet dramatique de cette nouvelle auprès de mes concitoyens, des parents d'élèves qui s'apprêtent à remettre leurs enfants dans les écoles primaires dont j'ai la responsabilité, et des enseignants, j'ai tout de suite pris la décision de contacter des laboratoires. Je leur ai demandé s'ils étaient prêts à dépister dans les plus brefs délais l'ensemble de mon personnel municipal et des professeurs d'écoles. Il fallait avoir l'aval de l'Agence Régionale de Santé et du directeur de l'académie. J'ai obtenu toutes les autorisations, et tout s'est mis en route très vite pour convoquer l'ensemble des agents et enseignants. Si je n'avais pas eu l'acceptation de ce dépistage, je n'aurais pas ouvert les écoles primaires ce mardi matin.

Comment s'est déroulé le dépistage ?

Le dépistage s'est réalisé de 16h30 à 18h30 ce samedi. 71 personnes au total ont été prélevées. Si je n'ai aucun résultat négatif concernant ces 71 personnes, on ouvrira les écoles primaires. Si, en revanche, il devait y avoir ne serait-ce qu'un seul cas avéré de Covid-19, nous avons pris la décision, avec un certain nombre d'élus, de ne pas les rouvrir avant le mois de septembre. Nous saurons ce qu'il en est dans les 24 ou 48h à venir.

Dans quel état sont vos administrés ?

Ce samedi matin au marché de Chauvigny, qui est le plus gros du département, il n'y avait qu'un seul sujet de conversation : c'était celui-là. Il y avait de l'inquiétude. C'est pour ça que j'ai voulu faire ce dépistage le plus vite possible en expliquant que les écoles ne pourraient rouvrir si je ne l'obtenais pas. Je suis aussi médecin et je me dois de protéger ma population. Il va falloir être très prudent par rapport à notre département, en vert, comme d'autres. Le Covid-19 continue de circuler. Il ne faut pas oublier qu'à dix kilomètres de Chauvigny, à La Puye, une maison de retraite a été le plus gros foyer du département, au tout au début de l'épidémie à une période où l'on ne savait pas encore ce qu'il se passait, avec une vingtaine de résidents qui sont décédés. On est face à une épidémie inédite, on apprend, en tant que médecin, depuis maintenant sept à huit semaines, des nouveaux symptômes. Même en période de déconfinement, il faut rester très prudent et respecter les règles barrières.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.