Réouverture des écoles : "C'est laisser les enfants chez eux qui leur ferait courir un risque supplémentaire", estime un infectiologue du CHU de Grenoble

Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Grenoble, invité de franceinfo, mercredi 6 mai, rappelle que les moins de 15 ans sont moins contaminés que les adultes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
À Buxerolles (Vienne), durant le confinement, des enfants équipés de masques en tissu pour se rendre à l'école, le 3 mai 2020.  (VINCENT HULIN / FRANCE-BLEU POITOU)

"C'est laisser les enfants chez eux qui leur ferait courir un risque supplémentaire", estime ce mercredi 6 mai sur franceinfo Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses et tropicales au CHU de Grenoble (Isère), avant la réouverture progressive des écoles la semaine prochaine. "J'aurais des enfants à mettre en classe, je les mettrais", assure-t-il.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire et les mesures de déconfinement dans notre direct

Le risque pour les enfants "est extrêmement faible", souligne Jean-Paul Stahl. "Plus ils sont petits, moins ils transmettent" le virus, indique-t-il, ajoutant qu'à "moins de 15 ans le risque pour les enfants est extraordinairement faible". Jean-Paul Stahl rappelle qu'à ce jour, les études scientifiques "montrent que les enfants sont très peu contaminés, de l'ordre de trois à sept fois moins que les adultes" et ajoute que "plus de 90% des enfants qui ont été contaminés par le virus l'ont été dans le milieu familial". "Fort heureusement, le nouveau coronavirus ne passe par les enfants, il passe par les adultes" dit-il, laisser les enfants à la maison "leur ferait courir un risque supplémentaire".

L'infectiologue dit "comprendre que les parents soient angoissés parce que cette pathologie est anxiogène et l'atmosphère, anxiogène" et qu'il est "difficile, dans une ambiance pareille, d'en revenir aux faits concrets, réels, démontrés".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.