Rapatriement des Français de Wuhan : "On n'a aucune information", "le consulat ne nous répond pas", témoigne une étudiante

Parti tôt ce jeudi matin vers la ville chinoise Wuhan, épicentre de l'épidémie du coronavirus 2019-nCoV, un premier avion doit permettre de rapatrier "environ 200 Français", selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. 

Des voyageurs dans un aéroport. (Illustration). 
Des voyageurs dans un aéroport. (Illustration).  (COLE BURSTON / AFP)

Le premier avion affrété par la France pour embarquer 200 Français coincés à Wuhan, épicentre de l'épidémie de coronavirus, a décollé de Roissy-Charles De Gaulle vers 4 heures jeudi 30 janvier pour atterrir dans la journée en Chine. Mais d'après le témoignage d'une étudiante française sur place, il n'y a "aucune information" sur la façon dont va se dérouler le rapatriement. Amélie ainsi que d'autres ressortissants français, avec qui elle a pu discuter, sont "dans l'incertitude" : "On aimerait connaître la date, l'heure de départ, la façon dont nous serons conduits à l'aéroport, mais on n'a aucune information sur le vol". Il y a aussi peu d'informations sur la quarantaine qui sera mise en place en France pour les ressortissants évacués.

"Beaucoup de gens hésitent à rentrer en France"

Amélie, 24 ans, originaire d'Evreux en Normandie, est à Wuhan depuis 4 ans pour ses études en relations internationales. Elle s'est portée candidate pour rentrer chez elle avec le premier avion affrété par la France, mais comme beaucoup de compatriotes sur place, elle n'a aucune information précise sur les conditions de ce retour : "On nous a demandé de nous inscrire sur une liste pour faire partie du rapatriement. Il fallait remplir un questionnaire médical et une déclaration de responsabilité. Mais on n'a aucune information sur le vol."

>>Coronavirus : y a-t-il des lenteurs diplomatiques dans le rapatriement des Français ?

"On aimerait être informés des différentes étapes du rapatriement", précise Amélie, "ne serait-ce que pour préparer la valise parce que si l'on me demande de partir cet après-midi, je ne suis pas prête du tout. On aimerait connaître la date, l'heure de départ, la façon dont nous serons conduits à l'aéroport et puis comment va se passer la quarantaine une fois arrivés en France". Amélie n'aurait donc reçu aucune information concernant le déroulement de la quarantaine ? "Absolument pas", répond l'étudiante pour qui cette quarantaine "fait peur à beaucoup de monde ici et c'est pour cela que beaucoup de gens hésitent à rentrer en France".

"Personne n'est malade"

"On voit partout dans les médias que l'on partirait aujourd'hui mais comme nous n'avons toujours pas d'informations, cela m'étonnerait que ça se fasse aujourd'hui. Peut-être demain", soupire-t-elle. "Tout le monde est dans l'incertitude", ajoute l'étudiante qui avec d'autres compatriotes ont demandé des informations auprès du consulat : "Mais nous n'avons pas de réponse..."

Amélile ne voulait pas quitter Wuhan. Elle se sent encore sereine et puis, dans son entourage en Chine, "personne n'est malade". Mais, ses parents et ses frères lui ont conseillé "fortement" de rentrer en France.