Protocole sanitaire dans les écoles : "On est complètement dépassés par les événements", selon un épidémiologiste

Le Pr Yves Buisson, président de la cellule Covid à l'Académie nationale de médecine, opte pour une accélération de la vaccination des enfants. Le variant Omicron est trop contagieux pour que la stratégie actuelle de tests fonctionne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour le professeur Yves Buisson, "on met des obstacles à la vaccination des enfants au lieu de l'encourager". Désormais, il faudra l'accord des deux parents pour qu'un enfant de 5 à 11 ans en bénéficie. (LISE ROOS-WEIL / RADIO FRANCE)

"On est complètement dépassés par les événements", explique vendredi 7 janvier sur franceinfo le Pr Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid à l’Académie nationale de médecine, devant la multiplication des cas positifs détectés depuis plusieurs semaines. "La stratégie de tests et de mise à l'écart de l'école est tout à fait défendable pour des taux d'incidence qui permettent de réaliser sans trop de difficultés ces dispositions. Mais là, on est submergé par ce variant Omicron."

"On voit que le gouvernement essaie d'adapter en panique ces dispositions pour les alléger mais de toute façon, elles ne sont pas réalisables. Il faut admettre que cette stratégie n'est plus applicable devant l'ampleur du phénomène épidémique que nous traversons", lance Yves Buisson, après l'allègement du protocole sanitaire dans les écoles, annoncé par le ministère de l'Education nationale. 

Accélérer la vaccination des enfants

Pour l'épidémiologiste, "il faut revenir aux méthodes qui ont fait leurs preuves mais qui, certes, n'empêchent pas tout." En revanche, il reste totalement opposé aux fermetures des écoles.

"Si on pèse le bénéfice-risque, il y a quand même beaucoup plus de désavantages que d'avantages à fermer les écoles."

Yves Buisson, épidémiologiste et président de la cellule Covid à l'Académie nationale de médecine

à franceinfo

"À mon sens, je pense qu'on n'est pas encore à un point dans lequel on est amené à fermer les établissements scolaires. Ce serait vraiment une catastrophe supplémentaire", estime Yves Buisson.

L'une des solutions proposées par l'épidémiologiste, c'est la vaccination des enfants. "On met des obstacles au lieu de l'encourager. C'est sûr que si on vaccine tous les enfants aujourd'hui, on ne réglera pas le problème en quelques jours mais si on commence déjà à mettre en place cette vaccination, à l'encourager, on s'armera beaucoup mieux pour résister à des situations comme celle que nous connaissons actuellement", a expliqué l'épidémiologiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.