Présidentielle 2022 : un scrutin très perturbé pour les Français de Chine

Avant l’Hexagone, les Français de Chine ont commencé à voter dans la nuit de samedi à dimanche pour le premier tour de l’élection présidentielle. Et avec les restrictions sanitaires, le scrutin est perturbé.

Article rédigé par
Sébastien Berriot - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un électeur français s'apprête à voter au premier de l'élection présidentielle dans l'un des deux bureaux de l'ambassade de France à Pékin, dimanche 10 avril. (SEBASTIEN BERRIOT / RADIO FRANCE)

À cause de la situation sanitaire, le premier tour de l’élection présidentielle française se déroule dans des conditions difficiles pour les Français de Chine. Les bureaux de vote installés dans les consulats ont ouvert dans la nuit de samedi à dimanche, mais pas partout. À Shanghai, les 5200 Français inscrits ne peuvent pas voter en raison du confinement qui est imposé à la plus grande ville de Chine.

>> "Il n’y a pas d’alternative, on est scotché à la maison" : le témoignage de Gaël, cannois installé à Shangaï qui ne pourra pas voter

À Pékin, les conditions du scrutin sont normales, en tout cas pour les électeurs qui résident dans la capitale. Depuis 8 heures (heure chinoise) ce dimanche 10 avril, les Français arrivent nombreux  dans les deux bureaux de vote installés dans l’ambassade de France. Il y a près de 1700 inscrits mais la circonscription électorale de Pékin est très large. Elle va jusqu’à la frontière russe, et comprend aussi le Xinjiang, le Tibet ou encore la Mongolie intérieure.

Avec les restrictions sanitaires, impossible pour la plupart des Français de ces secteurs de venir dans la capitale pour voter. En raison de l’épidémie, Il n’y a pas eu non plus de tournées consulaires pour établir les procurations comme cela se fait d’habitude.  Résultat : beaucoup sont  privés de premier tour et ceux qui ont pu voter ce dimanche à Pékin se considèrent un petit peu comme des privilégiés.

"On a beaucoup de chance de voter ici à Pékin. C’est inespéré, quand on voit que d’autres villes en Chine comme Shanghai, n’ont pas la possibilité de voter."

Karine, électrice française à Pékin

à franceinfo

"Il y a quelque chose de choquant de voir qu’il y a des Français qui probablement ont envie de voter et qui n’ont pas la capacité de le faire, abonde Anne. Donc je me disais que c’était d’autant plus  notre devoir de venir aujourd’hui et d’exercer ce droit puisque nous avons la capacité de le faire." Réussir à voter pour une présidentielle en Chine, dans un pays qui n’a pas ce droit, est aussi vécu avec une saveur particulière par certains électeurs, comme Maxime, soulagé d’avoir pu s’exprimer malgré le contexte sanitaire. "Pouvoir voter ici en Chine, c’est une source de fierté. Si j’étais en France, j’irai voter évidemment, mais ici, je suis encore plus motivé à le faire", explique-t-il.

En début d’après-midi, le taux de participation dépassait les 35% dans les deux bureaux de vote de l’ambassade de France à Pékin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.