Pass vaccinal : "Nous l'abrogerons", si Jean-Luc Mélenchon est élu président, promet Manuel Bompard

Publié
Article rédigé par
Radio France

L'eurodéputé La France insoumise et directeur de campagne du candidat à l'élection présidentielle estime jeudi que le pass vaccinal "va braquer les gens qui ne sont pas vaccinés".

En cas de victoire de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle, "non seulement nous n'utiliserons pas" le pass vaccinal "mais nous l'abrogerons", a assuré Manuel Bompard, directeur de campagne du candidat La France insoumise, jeudi 13 janvier sur franceinfo. Le projet de loi contenant l'instauration du pass vaccinal a été adopté tôt jeudi matin au Sénat, après son vote à l'Assemblée nationale. "Que dit l'Organisation mondiale de la santé sur la question de la vaccination ? Qu'il vaut mieux convaincre que contraindre", a-t-il justifié, ajoutant que "le gouvernement fait exactement l'inverse" de ce que recommande cette organisation. "Le pass vaccinal va braquer les gens qui ne sont pas vaccinés, alors que je pense qu'il faut des politiques d'accompagnement", a-t-il développé.

Il s'est interrogé sur certaines différences qui existent avec d'autres pays. "Comment se fait-il, par exemple, que dans certains pays d'Europe, en Espagne par exemple, on arrive à 100% de personnes vaccinées chez les plus de 80 ans, dont on sait tous que ce sont des personnes à risque, alors qu'on n'est pas capable de le faire en France ?". D'après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), qui est une agence de l'Union européenne, début janvier 2022, 100% des 60 ans et plus en Espagne avaient en effet reçu au moins une dose de vaccin contre 93,7% en France.

Selon Manuel Bompard, s'il y a une telle différence, c'est "parce qu'il y a eu une politique d'incitation [en Espagne]. On est allés rencontrer les gens qui ne voulaient pas se faire vacciner et on les a convaincus que c'était utile de le faire. Ce n'est pas parce qu'on a pris un gros bâton pour leur taper sur la tête s'ils ne voulaient pas le faire".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.