Pass sanitaire : "On y mettra fin à la minute où nous le pourrons", affirme Olivier Véran devant les lecteurs du "Parisien"

Le ministre de la Santé a confié que le gouvernement se serait "bien passé (du pass sanitaire) si le contexte était différent".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la santé Olivier Véran, le 24 juin 2021 à Mont-de-Marsan (Landes). (GAIZKA IROZ / AFP)

La mise en place du pass sanitaire continue d'agiter les débats politiques, mais aussi sociétaux. Le ministre de la santé, Olivier Véran, a eu l'occasion de le constater lors d'une rencontre avec les lecteurs du Parisien, publiée samedi 24 juillet.

Covid-19, pass sanitaire, vaccination : les dernières informations en direct

Les discussions animées, qui ont duré plus d'une heure selon le quotidien, se sont rapidement concentrées sur le pass sanitaire. Le ministre a confié que le gouvernement se serait "bien passé, si le contexte était différent", du pass sanitaire.

"L'idée de conditionner l'entrée d'un restaurant, d'un bar, d'un théâtre à un statut vaccinal ou sanitaire ne me plaît pas mais on n'a pas le choix ! Le pass apparaît comme un moyen efficace d'éviter un nouveau confinement et une catastrophe sanitaire", ajoute-t-il. On pensait que les Français auraient le temps de se faire vacciner avant une éventuelle prochaine vague à l'automne mais ce variant, très contagieux, est en train d'envahir la planète".

Toujours sur la question du pass sanitaire, Olivier Véran affirme devant les lecteurs du Parisien qu'"on y mettra fin à la minute où nous (le gouvernement) le pourrons. La loi nous autorise à l'utiliser au plus tard jusqu'au 31 décembre".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.