Metz : une manifestante anti-pass sanitaire condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir brandi une pancarte antisémite

L'ex-membre du FN avait brandi une pancarte antisémite lors d'une manifestation contre le pass sanitaire le 7 août dernier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une pancarte lors d'une manifestation contre le pass sanitaire à Metz (Moselle), le 28 août 2021. (NICOLAS BILLIAUX / HANS LUCAS)

Une peine plus lourde que celle requise par le parquet. Cassandre Fristot a été condamnée mercredi 20 octobre à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Metz pour avoir brandi une pancarte antisémite lors d'une manifestation contre le pass sanitaire le 7 août.

Cette professeure d'allemand remplaçante et ex-membre du FN encourait jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende. Le parquet avait requis trois mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité contre l'enseignante. Cette dernière ne s'était pas rendue à l'audience le 8 septembre et n'était pas présente mercredi.

La diffusion d'une photo de l'écriteau, brandi fièrement par Cassandre Fristot coiffée d'un béret lors de la manifestation messine début août, avait suscité un tollé dans la classe politique et les organisations de lutte contre le racisme et l'antisémitisme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.