Manifestations contre le pass sanitaire : la mobilisation est plus importante là où le taux de vaccination est plus bas, selon Santé Publique France

Alors qu'une nouvelle journée de mobilisation est prévue le samedi 28 août, les données de Santé publique France montrent que les villes où il y a le plus de manifestants sont aussi les villes où le taux de vaccination est le plus bas.

Article rédigé par
Jean-François Fernandez - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une manifestation anti-pass sanitaire à Nice le 21 août 2021. (ERIC OTTINO / MAXPPP)

Une septième journée de mobilisation contre le pass sanitaire est organisée samedi 28 août au travers de 200 manifestations dans plusieurs villes de France. Globalement selon Santé Publique France, la répartition de la mobilisation des manifestants correspond à la carte des taux de vaccination.  

En observant quelques données, on s'aperçoit qu'il existe des disparités entre le Nord et le Sud, avec dans le Sud-Est de la France une plus grande contestation à la vaccination et au pass sanitaire.

Une fracture géographique

Le weekend dernier, dans les rues de Toulon, certains gilets jaunes étaient dans les rangs des manifestants. Ces derniers estiment que l'hostilité au pass sanitaire rejoint leur combat contre le gouvernement. "Beaucoup de gens voient notre drapeau et disent : 'On aurait dû venir avant'. Les gens s'en rendent compte maintenant parce que ça devient de plus en plus lourd", témoigne une manifestante.

Tandis que le taux de vaccination est de 69,4% en Provence-Alpes-Côte d'Azur et de 68% en Corse, il est de 78,1% en Bretagne, et de 77,5% en Normandie. Pour Emmanuel Vigneron, agrégé de géographie et enseignant à l'université de Montpellier, les causes de ces disparités sont multifactorielles. "Des facteurs socio-économiques liés au chômage, à la pauvreté de nombreuses personnes s'ajoutent à un ressentiment politique qui se traduit dans les urnes, analyse-t-il tout en précisant qu'il ne s'agit pas d'explicatons définitives mais d'hypothèses pour expliquer ce phénomène. "Pour d'autres, cela s'ajoute à une vision du monde en désaccord avec les valeurs dominantes, les valeurs du capitalisme qui sont rejetées par beaucoup notamment dans les arrières-pays du sud de la France."

"Un problème de société"

Pour Emmanuel Vigneron, s'ajoute aussi l'éloignement des centres de décision situés à Paris. Ce sentiment s'amplifie avec la désaffection des services publics sur ces territoires. Le docteur Pierre-Michel Cohade, généraliste à Toulon, le constate parmi ses patients : une minorité refuse le vaccin, même lorsqu'il fait preuve de pédagogie. 

"Je prends toujours le temps de leur expliquer parce que j'essaye de continuer à faire mon travail, et ce n'est pas toujours très valorisant."

Pierre-Michel Cohade, généraliste

à franceinfo

"Quelques uns d'entre eux n'adhèrent pas pour différentes raisons : des problèmes de société, personnels, des craintes, un manque de recul, un manque de réflexion, on a écouté les amis, la voisine ou la boulangère", explique le médecin pour qui "tout cela est un problème de société". Le docteur Cohade ne compte pas baisser les bras pour autant, et va continuer à tenter de convaincre les réfractaires.

Mobilisation contre le pass sanitaire : là où on manifeste le plus, on est le moins vacciné - Reportage de Jean-François Fernandez
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.