Covid-19 en Guyane : le 21 octobre, "nous pourrons décider d'avoir une vie plus simple", avance le préfet

Selon Thierry Queffelec, le situation sanitaire pourrait permettre d'alléger les mesures sanitaires mises en place pour lutter contre le Covid-19. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des employés de l'institut Pasteur de Guyane réalisent un test de dépistage du Covid-19 sur un automobiliste le 23 juin 2020. (JODY AMIET / AFP)

"Lors de la prochaine cellule interministérielle de crise" qui se tiendra le jeudi 21 octobre, "nous pourrons décider de nouvelles ouvertures et d'une vie plus simple", a déclaré lundi sur franceinfo le préfet de Guyane, Thierry Queffelec, alors que le taux d'incidence du Covid-19 "baisse pas mal" dans la collectivité territoriale. Certaines zones de Guyane sont soumises à un couvre-feu et à la fermeture de restaurants à cause de la forte circulation du Covid-19. Le taux d'incidence était cependant de 378 cas pour 100 000 habitants au 13 octobre. "Le couvre-feu est très lourd à vivre", a expliqué le préfet.

Deux dépôts de carburants bloqués

A la circulation du Covid-19 s'ajoute en Guyane le blocage de deux dépôts de carburants par des manifestants anti-pass sanitaire lundi. La préfecture a donc décidé de fermer toutes les stations-services de la région. "Dans ce genre de blocage de dépôts, les gens ont tendance à aller assez vite faire le plein de leur véhicule", a justifié Thierry Queffelec. "La meilleure solution, c'est de fermer afin que nous puissions avoir suffisamment de carburant pour tous les secours et les transports scolaires." Il assure que "ce n'est pas le moment de fermer les dépôts d'essence".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pass sanitaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.