Paralympiques 2021 : "L'option de l'interruption des Jeux doit être mise sur la table", alerte un médecin japonais face à l'explosion de cas de Covid-19

Les Jeux, à huis clos, s'ouvrent mardi 24 août alors que le Japon vit sa plus violente vague de contaminations depuis le début de la pandémie. La moitié des transports à l'hôpital ont été annulés début août, faute de places.

Article rédigé par
Karyn Nishimura - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Japon connaît sa pire vague épidémique depuis le début de la pandémie, avec 5 000 cas de contaminations quotidiens dans la capitale, Tokyo, et 25 000 à l'échelle nationale. (YUKI IWAMURA / AFP)

"Débuter les Paralympiques ne signifie pas que tout peut se faire. Si besoin, l'option de l'interruption doit aussi être mise sur la table." L'alerte du professeur Nobuhiko Okabe, expert en maladies infectieuses auprès du comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, dénote l'inquiétude grandissante à Tokyo.

La situation sanitaire se dégrade à vitesse grand V au Japon, en pleine cinquième vague, la plus violente depuis le début de la pandémie : plus de 5 000 cas quotidiens enregistrés dans la capitale, et 25 000 à l'échelle nationale. Les hôpitaux saturent, car trop peu de lits sont destinés aux patients souffrant de maladies infectieuses. 

150 personnes liées aux Jeux testées positives

Alors que les XVIes Jeux Paralympiques s'ouvrent mardi 24 août à Tokyo, et que les épreuves se tiendront à huis clos pour limiter la propagation du virus, déjà plus de 150 personnes liées aux Jeux ont été testées positives, dont plusieurs sportifs. Ces derniers ne bénéficient pas de lits prioritaires dans les hôpitaux, débordés.

"À ce rythme-là, les limites du système de soins vont être dépassées. On n'arrivera plus à sauver les vies qui devraient l'être."

Masataka Inokuchi, vice-président de l'association médicale de Tokyo.

à franceinfo

Entre le 2 et le 15 août, dans la capitale japonaise, plus de la moitié des 4 000 requêtes de transport à l'hôpital de patients Covid-19 ont été refusées, faute de places. 

Les lits d'hôpitaux manquent à Tokyo

Dans ce contexte sanitaire dramatique, "les Jeux paralympiques devront se faire dans des conditions médicales très difficiles", résume Masa Nakamura, le directeur des opérations des Jeux olympiques et paralympiques. Il est selon lui "nécessaire de faire part de la situation aux athlètes, leur dire qu'elle s'aggrave, que les lits d'hôpitaux manquent et qu'il faut qu'ils respectent encore plus les règles."

Encore plus que les athlètes olympiques, qui pouvaient prendre les transports en commun et se déplacer librement après 14 jours de restriction, les sportifs paralympiques, eux, ne pourront pas du tout visiter la ville, et devront rester au village olympique ou à leur hôtel, quand ils ne sont pas sur les lieux de compétition. La délégation néo-zélandaise a aussi renoncé à participer à la cérémonie d'ouverture, mardi 24 août, en raison des inquiétudes liées au coronavirus. Par ailleurs, le personnel du village paralympique résidant au Japon est testé quotidiennement.

Les Jeux paralympiques sous la menace du Covid-19 : reportage de Karyn Nishimura
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.